ABIDJAN-2 Frci abattus par un Fumaco (FDS)

Publié le par thruthway

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRnHLPLZsqNg75sgu-rGINGgREb608O_Cn6_RzgyYLHy2GYUcKm

 

 

Un fait insolite s’est passé samedi 10 septembre dernier à Yopougon Niangon nord, précisément au carrefour Lubrafrique. Aux environs de 19 heures. Des individus armés d’armes d’assaut, en tenue militaire, certainement des éléments des Frci, ont fait irruption dans un supermarché où ils ont fait main basse sur la recette.

 

Une fois dehors, les braqueurs dont certains arboraient des bérets rouges font obligation aux passants et automobilistes de quitter les lieux quand arrive M.K, qui regagnait sondomicile à bord de son véhicule de type Mercedes. Cinq d’entre eux intiment à l’automobiliste qui ne se doutait de rien d’immobiliser son véhicule. Croyant à un contrôle de routine des Frci, M.K, membre de la compagnie Fumaco (du Colonel Konan Boniface), unité d’élite des forces armées nationales de Côte d’Ivoire (Fanci), s’exécute.

 

Mais alors qu’il s’attendait à ce qu’on lui demande les pièces de son véhicule, une arme lui est plantée sur la tempe. Deux des agresseurs prennent place aussitôt dans la Mercedes et procèdent à une fouille corporelle du conducteur. Après quoi, ils lui intiment de continuer de rouler. Mais contre toute attente, la randonnée qui s’annonçaittrès longue n’aura pas duré.

 

Le véhicule n’ira pas bien loin que les agresseurs se laisseront surprendre par leur victime. Bon pratiquant des arts martiaux, l’ex-agent des Fumaco garde son sang froid et réussi à neutraliser les deux Frci braqueurs. A l’aide de son pistolet qu’il a réussi à prendre en simulant une manoeuvre, l’ancien militaire dont la vie était gravement menacée met hors d’état de nuire le quidam assis à ses cotés. Le second Frci qui ne s’attendait pas à une pareille situation se fera également surprendre par l’agent des forces de défense et de sécurité. Le tout, en une fraction de seconde, alors qu’il gardait une main sur la direction du véhicule qui continuait de rouler.

 

Il faut le dire, si M.K est encore en vie, c’est parce qu’il a su faire preuve de dextérité et de courage. C’est tout en sang qu’il quittera les lieux, à bord de sa voiture criblée de balles. Les corps sans vie des deux quidams sont restés longtemps sur le lieu où ils ont été abattus. Les populations, malgré les craintes de représailles, ont pu satisfaire leur curiosité. Les témoins ont ainsi pu voir de loin les cartes professionnelles « blanches » des Frci qui servent à identifier les éléments des Frci. Personne n’a donc pu découvrir l’identité des deux Frci braqueurs mis hors d’état de nuire jusqu’à ce que leurs « frères d’arme », en nombre impressionnant, débarquent sur les lieux, lourdement armés et l’air très nerveux.

 

La police criminelle, après les enquêtes d’usage, décide de confisquer l’arme du militaire pour nécessité d’enquête. Très vite, elle reviendra sur sa décision après avoir constaté que les témoignages confirment la déposition de l’agent des Fumaco. Il est donc rentré en possession de son arme est contraint de rentrer en clandestinité.

 

Informée, la police de l’Onuci a tenté de le rencontrer. Mais le militaire qui craint d’être attiré dans un guet-apens n’a pas donné une suite favorable.

 

Source: Le nouveau courrier

Publié dans Sécurité intérieure

Commenter cet article