ABIDJAN/ BOMBARDEMENTS DU 11 AVRIL : L’ASSASSINAT DE GBAGBO ETAIT PREVU, VOICI COMMENT LA FRANCE COMPTAIT LE FAIRE…

Publié le par thruthway

 

http://news.abidjan.net/photos/photos/Bunker%20(49).JPG

 

 

 

 

Sur la crise ivoirienne, il faut le dire, il y à beaucoup à dire et à écrire sur l’attitude partisane de la France de Nicolas Sarkozy. A la vérité, ce monsieur a beau se donner bon jeu pour s’offrir une bonne conscience, le monde découvre qu’il fait du faux sur la lagune Ebrié.  En réalité dans la crise post-électorale provoquée et orchestrée par la France, l’assassinat du président Laurent Gbagbo était à l’ordre du jour. Pour les conséquences, ce n’était pas important. « On pouvait gérer le reste, le temps que la situation se stabilise ». S’est-on dit dans les rangs de l’Etat major français chargé de mener les opérations de déstabilisation du régime du président Laurent Gbagbo.

 

Comme au Zaïre, aujourd’hui RDC, Lumumba avait gagné les élections organisées par la puissance coloniale. Mais il n’était pas le choix de la couronne Belge qui voyait en lui, un anarchiste à la solde des communistes. On sait ce qui est arrivé. Lumumba a été assassiné sur ordre des Belges, Américains…En somme des occidentaux  qui, plusieurs décennies après, se sont contentés de simples excuses envers le peuple congolais. Mais le mal est déjà fait. Et surtout les énormes richesses de ce pays ont été pillées par l’Europe et les Américains, avec la complicité du roi « Mobutu » qu’ils ont rejeté et humilié par la suite.

 

C’est en fait ce schéma que Paris a voulu appliquer en Côte d’ivoire, quitte à s’excuser un peu plus tard, auprès du peuple ivoirien.

 

Pour que cet assassinat passe facilement dans l’opinion internationale, il fallait présenter le président Laurent Gbagbo comme l’horrible dictateur qui ne veut pas quitter le pouvoir après avoir perdu les élections. Dans la presse française, la consigne était donc bien claire ; le dépeindre autant que se peut en noir. Ce qui a été fait, et bien fait. Alain Juppé, le ministre des affaires intimement anti-Gbagbo ne s’est pas empêché de révéler dans la presse hexagonale, « c’est fini pour Gbagbo ». Cette phrase était plein de sens. A quelques jours 11 Avril, les bombardements se sont intensifiés sur la résidence présidentielle de Laurent Gbagbo à Cocody et certains symboles de l’Etat.

 

Le président ivoirien qui se demande si la Côte d’ivoire est en guerre contre la France, appelle alors l’ambassadeur Jean Marc Simon qui, à Abidjan, répond au nom de l’Elysée. En ce moment les snippers français et les forces rebelles pro-ouattara avaient paradoxalement entouré sa résidence.

 

C’est vrai que dès le début de cette crise, ce diplomate répétait en privé qu’il ne comprenait pas l’acharnement de son président contre les institutions ivoiriennes. Mais il était dans le coup contre le président Gbagbo. Lorsqu’il l’appelle, il se fait compatissant et lui demande de sortir pour brandir le drapeau blanc. Etait-ce un piège ?

 

Le ministre Tagro Désiré qui était à la résidence avec lui, sort avec le drapeau blanc qu’il brandit. Mais il reçoit vite plusieurs décharges de plombs. Tagro s’écroule sur le champ. Il est très vite ramené dans la résidence. Entre temps, dehors, c’est la joie entre les rebelles pro-ouattara et les snippers français. « Chef, on l’a eu », téléphonent alors quelques uns à la hiérarchie en croyant avoir tué le président Gbagbo. « A l’ambassade de France, juste à côté de la résidence, c’était déjà la joie », révèle un chef de guerre qui a pris part à l’expédition.

 

Lorsque le président Laurent Gbagbo voit son collaborateur agonisant, il s’écrit, « tout ça à cause du pouvoir ». Il prend alors son téléphone pour appeler Jean Marc Simon. Mais au bout du fil, le diplomate marque d’abord son étonnement avant de lui rire au nez. Ça voulait tout dire.. « il a été étonné que ça ne soit pas Gbagbo, parce que c’est lui qu’il cherchait » fait-on remarquer dans l’entourage du président. Paris venait ainsi de rater son coup…du siècle.

 

Alors qu’avant ça, la France s’était donné tous les moyens de réussite, en s’offrant les services de certains collaborateurs directs du président ivoirien. C’est ainsi que le général Touvoly s’est retrouvé à l’ambassade de France, en lâchant son bienfaiteur au dernier moment. Et il n’y est pas allé sans rien. Le général est parti avec la voiture blindée, plus précisément le véhicule de commandement du président Laurent Gbagbo qu’il leur a remis. « La France pensait que le Président allait fuir du palais. C’était une manière de l’empêcher de sortir », confirme un officier de l’armée ivoirienne. « Jusque là, ajoute un autre, je n’arrive pas à m’expliquer le comportement de Touvoly. Parce que ce monsieur doit tout à Gbagbo. C’est lui qui l’a fait. Je me rappelle même qu’il lui a demandé de l’argent pour construire une maison à son père au village. Et Gbagbo lui a donné… ». On ne sait jamais, peut-être qu’il avait peur de la France.

 

Source : Le Temps

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article

landry 02/02/2012 17:48


touvoly n'avai pa peur de la france, il est maudit cè tout. dans la vie il y a des gens kom cela. kan tu n'a pa de principe et ke tu è avide d'argent cè kom cela. tu agi kom juda iscariot et tu
trahi les seins pour kelke pièce d'or. mais la malédiction è sur toi è toute ta famille à cause de ta trahison. demain cè pour dire pourkoi mes enfants sont kom cela. mais en faisan cela tu
attire la malédiction sur toute ta famille