Abidjan : Des tueurs aux trousses des chefs de guerre de ouattara

Publié le par thruthway

http://parolesnegres.files.wordpress.com/2011/07/ado_chefs-guerre.jpg

 

L'information est gérée avec beaucoup de précaution au sein de la hiérarchie militaire, le temps d'y voir plus clair.

 

C’est que les commandants Issiaka Ouattara alias Wattao, commandant en second de la Garde républicaine (GR), Chérif Ousmane, également commandant en second du Groupement de la sécurité présidentielle (GSPR) et Koné Ousmane alias Ben Laden, membre des Forces spéciales, seraient menacés de mort. En tout cas, selon la source militaire qui nous a livré l’information, ces anciens com-zones recevraient, sur leurs téléphones portables, de fréquents messages les menaçant de mort et provenant d’individus anonymes.

 

C’est précisément tôt le matin du vendredi 4 mai dernier, jour de l'évasion des détenus de la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA), que nous sommes alertés par un message qui indiquait une attaque imminente de la prison civile d'Abidjan. Ce message soulignait également que la vie des trois chefs militaires, Wattao, Chérif et Ben Laden, était en danger. Les minutes qui ont suivi la réception de ce message, l’information de l’évasion à la MACA s’était répandue comme une traînée de poudre dans la capitale économique, et même à l’extérieur du pays. Une coïncidence troublante qui nous a amené à joindre l’auteur du message que nous avons reçu pour en savoir davantage. 

 

Contacté le lundi 7 mai 2012, notre informateur anonyme confirme mordicus que des individus veulent intenter à la vie des trois ex-com-zones. Du côté de Chérif Ousmane où la loi de l’omerta reste une règle de conduite inviolable, on se refuse à tout commentaire. Idem dans l’entourage du commandant Ben Laden, où l’on ne rejette pas cependant les menaces contre cet officier membre des Forces spéciales. C’est du côté de Wattao que l’information sera confirmée. Un soldat de la Garde Républicaine, avec qui il entretient des relations étroites, nous a assuré de la véracité des menaces de mort que reçoivent ces chefs militaires. « Ce sont des menaces réelles qui sont prises très au sérieux. Ces sms  sont fréquents depuis quelque temps », a-t-il confirmé.

 

Pour notre interlocuteur, qui dit bien connaître les trois chefs des FRCI, le commando qui s'attaque actuellement aux FRCI « a un objectif plus pointu », qui n'est autre que l'élimination physique des ex-com-zones, qui constituent un solide rempart de sécurité pour le président de la République. Il a ajouté que les évasions des prisons civiles de l'intérieur et plus précisément de la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA) participent de cette opération. Pour parer à toute éventualité, notre interlocuteur a révélé que des dispositions ont été prises. Pour des raisons de sécurité intérieure, ces mesures sont tenues secrètes par la hiérarchie militaire. Mais de façon individuelle, les chefs d'unité ont décidé de renforcer leur sécurité.

 

Question : Quel est ce « commando invisible » qui en veut tant à ces chefs de guerre pro-ouattara ? L’ennemi ne serait-il pas dans leur propre camp ? Cliquez ici pour avoir la réponse sur l’origine de ces menances…

 

Y. DOUMBIA

Publié dans Sécurité intérieure

Commenter cet article