Les véritables raisons de cet appel du camp Ouattara à boycotter le cacao ivoirien

Publié le par thruthway

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTKbNRfswGv7E35_Nmn6xn1_F0hZCRGQyimHpPRtewg81kty1iSLgLa raison avancée, qui semble la plus évidente et la plus répandue, est de mettre en difficulté le régime en place en asséchant les comptes de l'Etat. Cette raison à en croire nos sources est de loin celle qui guide le camp Ouattara à agir ainsi.

Selon les révélations faites par le Président du comité de gestion de la filière explique que, cette mesure de Guillaume Soro et de son parrain Alassane Dramane Ouattara est de permettre à la société Armajaro, structure de commercialisation appartenant à Loïc Folleroux, le fils de Dominique Ouattara, à l’acquisition comme il l’a fait l’année dernière en achetant 240000 tonnes de cacao, en vue de les revendre quand le marché aura atteint un niveau maximum. Ces spéculations n’ayant pas abouti comme ces auteurs le souhaitent, c’est pourquoi, indique Gilbert Anoh, ils ont trouvé cette autre mesure. «Ces prétendues mesures sus visées ne sont pas politiques, mais couvrent une opération purement commerciale : elle consiste à assécher, provisoirement le cacao d’origine Côte d’Ivoire afin de permettre à cet opérateur d’écouler son stock avec le maximum de profits», a-t-il dit.

A côté de cela, il y a le parrain que Alassane Ouattara tient à remercier pour service rendu. Il s'agit de Blaise Compaoré. En effet, la véritable stratégie c'est d'amener les exportateurs à vendre leurs cacaos à des acheteurs choisis d'avance par le camp Ouattara qui ne sont rien d'autres que des agents compte du Burkina Faso qui est devenu depuis la crise de septembre 2002,  membre des pays exportateurs du cacao.

C'est la raison pour laquelle le Secrétaire d’Etat chargé du budget et de l’économie et des finances a qualifié cet acte de Guillaume Soro de délinquance politique. Aux exportateurs, il leur a demandé d’avoir une pleine mesure du danger qui guette la Côte d’Ivoire du fait de ces bandits de grands chemins. «La politique n’est pas la délinquance. Ils veulent que vous vendiez votre cacao au Burkina Faso. On n’est pas prêts à céder sur ces questions vitales. On ne veut pas qu’on affame les pauvres planteurs», a-t-il dit. Avant d’ajouter que la raison des agissements de ces personnes cloîtrées au Golf Hôtel est de mettre la main sur les 200 milliards de Fcfa représentant le Droit unique de sortie (Dus), et les 100 milliards de Fcfa représentant les droits d’enregistrements sur le cacao et le café. Et d’ajouter que cela ne se passera pas ainsi. Car, toutes les dispositions sont prises pour que ces achats puissent s’effectuer. Pour sa part, le Président du comité des sages de la Filière café-cacao, Georges Bléhoué Aka a demandé à ces bandits politiques de laisser les pauvres paysans tranquilles.
«Nous ne comprenons pas. On fait la politique pour tuer les planteurs. Nous ne pouvons pas accepter cela. Vous avez le droit de faire votre politique, mais pas dans notre filière», a-t-il dit.
Pour sa part, le ministre de l’Agriculture a rassuré tous les exportateurs des dispositions prises par l’Etat pour
leur permettre de travailler convenablement. Ces derniers, se disent rassurés par les envoyés de Laurent Gbagbo.

En tout état de cause, la fédération internationale du cacao et du café basée à Londres a fait savoir à Soro Guillaume qui lui a écrit,  que «La cessation brutale des exportations aura des conséquences désastreuses sur la vie de la Côte d’Ivoire» et que les exportateurs ont des engagements vis-à-vis de leurs industriels et de leurs banques commerciales qu'ils doivent respecter. Ce qui signifie, en d'autres termes, qu'elle ne peut pas donner suite à cette requête du camp Ouattara de boycotter le cacao ivoirien.


source: le temps

Publié dans Economie

Commenter cet article