Abobo : L’exode des populations se poursuit

Publié le par thruthway

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQxmW-U1KHYC-M6zt7dpR32PWaNsNtCUohPUsJFlCyEVVrz3DFHygABIDJAN – Un flux massif des populations d’Abobo, (quartier populaire) fuyant les zones de combats vers des quartiers plus sécurisés a été observé vendredi matin dans la capitale économique.

Des combats violents opposent les forces de défense et de sécurité aux rebelles pro-Ouattara qui ont tenté jeudi de prendre le contrôle d’un camp de commandos de la gendarmerie basé dans ce quartier populaire. Cette rébellion qui prend de plus en plus l’allure d’une guérilla urbaine expose les populations civiles  aux représailles des forces de défense et de sécurité qui les encourage à se mettre à l’abri dans les quartiers voisins.

Dans une interview diffusée mercredi sur les ondes de la chaîne de télé pirate TCI, le Capitaine Alla, porte-parole du chef rebelle pro-Ouattara, Soro Guillaume avait révélé que son camp réservait « une situation de guerre » aux FDS à qui ils promettaient « la mort ».

Soro Guillaume avait, quant à lui, confié dimanche ne pas « croire »en la mission du Panel, révélant que son camp était « armé et déterminé » à faire la guerre pour chasser le Président réélu Laurent GBAGBO

Depuis  le début de la crise en 2002 la rébellion pro Ouattara qui a entrainé  la partition du pays  à occasionné un déplacement massif des populations aussi bien dans les pays limitrophes qu’à l’intérieur de la Côte d’Ivoire.

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielles, Alassane Ouattara depuis son QG du Golf Hôtel tente, en complicité avec l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) et la Licorne (armée française) de renverser le gouvernement.

Publié dans situation humanitaire

Commenter cet article