Affi N’Guessan appelle à la mobilisation des ivoiriens pour faire obstacle à l’imposture

Publié le par thruthway

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSF2lM9MAbhyFAmuoF83NGh_-v574Voi2THpwASYBhK6ibex4dV

Le représentant du président Laurent Gbagbo au sommet de l’Union africaine (UA) a réitéré, dimanche, lors d’une conférence animée à Abidjan, le rejet de la proposition du Conseil de paix et de sécurité (CPS) dans la résolution de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire et a appelé les ivoiriens à la mobilisation pour faire obstacle à l’imposture.

Au terme de son sommet d’Addis-Abeba, jeudi, le CPS, reconnaissant l’élection de M. Alassane Ouattara en qualité de président de la République de Côte d’Ivoire, a demandé, selon le président du Front populaire ivoirien (FPI), au Conseil constitutionnel de procéder à son investiture à cet effet.

"Nous rejetons cette proposition du CPS parce qu’elle ne se repose sur aucun argument qui fonde cette décision", a rappelé M. Affi N’Guessan qui avait à ses côtés l’ambassadeur Alcide Djédjé, ministre des Affaires étrangères et membre de la délégation ayant participé au sommet du panel des chefs d’Etat de l’UA dans la capitale éthiopienne.

Toutefois, assure le président du FPI, la Majorité présidentielle (LMP) reste ouverte aux négociations qui pourraient être engagées par le Haut Représentant que l’Union africaine s’apprête à nommer pour la mise en œuvre de "de la solution d’ensemble".

En effet, selon le communiqué de la 265ème réunion du CPS, le président de la Commission de l’UA doit nommer un Haut Représentant qui disposera d’un délai maximum de deux semaines, pour engager "des négociations entre les parties ivoiriennes, afin d’élaborer un schéma de mise en œuvre des propositions du groupe de haut niveau telles qu’entérinées par le Conseil, avec l’octroi de acteurs concernés".

Pour Affi N’Guessan, les négociations avec le représentant de l’UA devront se faire sur la base de la légalité constitutionnelle, tout en dénonçant "la fuite en avant" de l’UA et de la communauté internationale dont l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) dont les sanctions "injustes" sont, a-t-il ajouté, "en train de tuer l’économie de la sous-région".

"Il est bon de dénoncer le caractère machiavélique de la cabale ourdie contre la Côte d’Ivoire", a-t-il conclu.

Nous avons des amis à l'extérieure qui sont prêts à nous soutenir. Il y a de grandes Nations africaines qui comprennent le sens de notre combat et qui savent que le combat que nous menons va au-delà des intérêts de la Côte d'Ivoire. Et engage l'avenir de la démocratie et de la dignité en Afrique. C'est pourquoi, nous devons continuer rester mobilisés et débout. Parce que nos amis sud-africains et les autres au sein du Cps ont travaillé pour préserver l'essentiel qui se retrouve dans la reconnaissance de la légalité constitutionnelle, a-t-il relevé.

(AIP)

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article