Agressions, sanctions sans fondement… Ouattara de plus en plus vomi par ses partisans

Publié le par thruthway

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSOzcSVhzDRNLIRN7R6uX9VUhc5qWuZLbg7Tn1JLhFrIP6ICypqLa Côte d’Ivoire continue de subir, sans fléchir, les coups de butoir de la France. Malheureusement, dans cette sombre équation, c’est une fois de plus le peuple qui est en première ligne.

L’Union africaine s’est montrée digne, contrairement aux pays de la Cedeao qui ont préféré courber l’échine devant les pressions innommables de M. Sarkozy. L’Afrique a refusé de se faire «hara kiri» et a opté de revisiter en profondeur l’issue de l’élection présidentielle, seule approche raisonnable et compréhensible. Cela, Nicolas Sarkozy et la bande aveuglée de ceux qui le suivent ne sauraient le digérer. Il a donc décidé d’en venir à l’agression pure et simple des Ivoiriens en les attaquant dans leurs moyens de subsistance. Cruel, inhumain et scandaleux. On se croirait de retour à l’époque de l’esclavage où les maîtres affamaient les esclaves pour les punir de leurs tentatives de résistance.

Les menaces d’attaque militaire, les appels répétés à la désobéissance civile, les agressions physiques violentes, les sanctions sans fondement, les ultimatums ridicules, même la suspension de l’aide aux malades du Sida (!!!!) etc. n’ont rien donné. Les populations vaquent quotidiennement à leurs occupations, sans même se préoccuper de la ridicule République du Golf.

Les Ivoiriens vomissent de plus en plus leur tortionnaire Alassane Ouattara qui s’acharne à les faire souffrir et à les priver de leur pain quotidien. Pitoyable. M. Ouattara en est réduit, avec l’aide de la France, à faire atrocement souffrir cette population qu’il prétend vouloir diriger, un jour... Cette stratégie absurde se retourne de plus en plus contre lui. La haine à son encontre ne fait que s’amplifier. Il continue de parler « d’asphyxier le camp Gbagbo », ce qui en soi, ne veut rien dire.

Il s’acharne sur les pauvres Ivoiriens, avec la bénédiction malsaine de la France. Il prend un plaisir sadique à continuer à priver les paysans ivoiriens de leurs revenus, les empêche de nourrir leurs familles et de pourvoir à leurs besoins élémentaires. Et il se dit Ivoirien ? Alassane Ouattara comptait sur l’effet «Ben Ali» ou «Moubarak». Que nenni ! Les Ivoiriens n’en ont cure de lui. Pis, même ses partisans le délaissent, écœurés et agacés par ses stratégies tortionnaires.

Alain Délétroz, vice-président d'International Crisis Group (Icg), l’a dit aujourd’hui, à nos confrères de Libé- ration : «Il faut cependant rappeler qu’en Afrique du Sud, après la fin de l’apartheid, des responsables politiques de l’ancien régime raciste ont admis que les sanctions économiques, pourtant lourdes, n’avaient pas été déterminantes…» 

Des millions de privés et d’entreprises ivoiriens ont appris lundi matin, avec une très grande stupéfaction la fermeture de la filiale de Bnp Paribas en Côte d’Ivoire, à savoir la Bicici. Sans prévenir des clients, sans aucune explication, la Bicici a décidé d’opérer un hold-up sans précédent sur les nombreux milliards de francs Cfa de ses clients en Côte d’Ivoire. La Bicici place aussi ses centaines d’employés en chômage technique brutal. Pourquoi se comporter ainsi au mépris de toutes les règles administratives et commerciales ? Que veut Sarkozy ? Créer un vent de panique dans le pays, qui va enfin pouvoir lui permettre de perpétrer son coup d’Etat sanglant ? 

Il faut savoir que la Bicici est l’une des premières banques ivoiriennes et l’une des premières de la sous-région… comment comprendre de tels agissements ? On s’en va vers une paralysie de plusieurs grandes entreprises de la sous-région, dans des domaines clé : alimentaire, transport, services, industries, etc. Nicolas Sarkozy, complètement déchaîné, s’est lancé dans une folie sans limite contre les Ivoiriens, et tous les ressortissants de l’Afrique de l’Ouest.

Il instrumentalise donc une des premières banques françaises basées en Côte d’Ivoire et fait des pressions énormes pour que les autres banques françaises telles que la Société générale fassent de même. Il veut ainsi que les clients de ces banques se précipitent tous vers les centaines d’agences sur le territoire pour retirer leur argent. Face aux difficultés des banques françaises de servir tout un chacun, il y aura ainsi des émeutes et ce sera la chienlit. Ainsi, le colon raciste et esclavagiste pourra s’en donner à cœur joie avec ses militaires et ses suiveurs qui n’attendent que le feu vert pour lancer une attaque meurtrière contre les Ivoiriens.

Prendre la population ivoirienne souveraine en otage et la traiter comme du simple bétail… Voici la réalité du binôme Alassane Ouattara et Nicolas Sarkozy… Quel message envoie-t-il ainsi au continent africain ? «Moi Sarkozy, je me proclame empereur esclavagiste de l’Afrique francophone. Non, en réalité, vous n’êtes pas des Etats indépendants. Vous devez obéir à moi le colon. Quand vous vous éloignez de ma volonté, je vous piétine, je vous écrase, je vous détruis. L’Union africaine (Ua), je n’en ai rien à faire d’elle ni de son panel. Qui ne me lèche pas les bottes ne survivra pas !» Écœurant, honteux et révoltant. 

Les Ivoiriens se demandent bien jusqu’à quand ils auront à endurer ces souffrances injustes, infondées et indignes. Une chose est sûre, ce n’est pas ainsi que Alassane Ouattara obtiendra le fauteuil présidentiel. Il s’en éloigne, de plus en plus.

Source Le Temps

Publié dans Economie

Commenter cet article