«Alassane Ouattara est un incapable… Le Rdr a peur » Amani N’Guessan sans détour…

Publié le par thruthway

http://www.2ivoires.net/2iactu/images_actualite/1282034164.jpeg

 

 

Michel Amani N’Guessan n’est pas tendre avec le pouvoir actuel. S’adressant, samedi dernier, aux militants du Fpi, à l’ancien Qg de campagne de Laurent Gbagbo à Cocody-Attoban, il a chargé Alassane Dramane Ouattara. «Ouattara est un incapable politiquement. Ce pouvoir nous reçoit pour des discussions quand il pense qu’il peut nous mettre dans ses combines. Ouattara espère qu’avec le temps, le Fpi rentrera dans les rangs. Non, ce n’est pas notre vision et il y va de notre dignité», a déclaré l’actuel vice-président du Fpi chargé des questions de sécurité.

 

Pour lui, le jeu démocratique n’est pas libéré parce que, explique-t-il, le Rdr a peur du Fpi pour lui avoir fait trop de mal. «Ceux qui sont au pouvoir ont peur de nous. Ils nous ont tellement fait de mal qu’ils se demandent ce qu’on ferait d’eux, si nous revenons au pouvoir», a-t-il indiqué. Avant de souligner que ce qui arrange le Fpi dérange le pouvoir.

 

Poursuivant, Michel Amani N’Guessan a déploré le fait que le parti au pouvoir veuille diaboliser l’opposition, en l’occurrence le Fpi. «C’est le Rdr qui s’est armé pour venir bousculer l’ordre établi. C’est Ouattara qui voulait coûte que coûte le pouvoir et qui a pris les armes contre Gbagbo et le Fpi. (Voir les propos de Koné Zakaria). Le Fpi fait notre fierté et nous identifie. Nous ne devons pas détacher Gbagbo du Fpi», a-t-il recommandé.

 

Il a également relevé que l’ancien chef de l’Etat, qui se trouve à la Cpi, fait la fierté des dignes Africains. Pour Amani N’Guessan, Laurent Gbagbo est un héros. «La mémoire collective retient toujours le héros vivant de la guerre». Au dire de Michel Amani N’Guessan, Gbagbo incarne le type d’Africains indésirables pour les impérialistes. «Laurent Gbagbo est en train de porter notre lutte très loin. Nous devons en être fiers et dignes. Il porte le combat des Nkrumah, Mandela et les autres panafricanistes», a-t-il souligné.

 

Il a profité de la rencontre initiée par Marie Odette Lorougnon pour dire ce qu’il pense du régime actuel. La vice-présidente du Fpi a fait l’état des structures de ce parti avec des responsables venus de Bouaké, Béoumi, Botro, Sakassou, Katiola, Niakara et Dabakala.

 

 

Benjamin Koré

Source : Notre voie

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article