AMITIÉ COTE D’IVOIRE-FRANCE OYÉ, AMITIÉ HOLLANDE-OUATTARA OYÉ.

Publié le par thruthway

drapeau-france-cotedivoire.PNG

 

 

Le 14 Juillet sans Dramane Ouattara sur les champs Elysées, lui l’ami de la France et du monde !! C’est fou ça. N’est ce pas lui et ses courtisans qui s’irritaient parce que Laurent Gbagbo avait refusé de se rendre à Paris le 14 Juillet 2010 et faire défiler les troupes ivoiriennes sur les champs Elysées? Logiquement Ouattara, l’ami de la Licorne, devait être en France pour célébrer l’amitié Franco-ivoirienne. Surtout qu’il est en pleine ascension. Cela l’aurait aidé à dire : «  Amitié Côte d’Ivoire-France Oyé, Amitié Hollande-Ouattara Oyé. »

 

Il devait être en France pour regarder et apprécier la dextérité des collègues de la Licorne, ces messieurs qui ont une admiration inimaginable pour lui. Il devait y être pour renouer avec la beauté des bérets verts, ces bérets qui avaient supprimé des vies ivoiriennes non armées à l’Hôtel Ivoire, sur les ponts De Gaulle et Houphouët Boigny, à l’Aéroport International Félix Houphouët Boigny, au 43ème Bima, au corridor de Gesco etc.  Il devait y être pour saluer la France, cette France qui a payé les salaires des fonctionnaires ivoiriens en 2011. Il devait y être surtout pour réécouter les bombardements de la résidence du Président Laurent Gbagbo par l’armée française. Oh il est temps de magnifier la France,  cette grande France qui a offert des véhicules aux couleurs françaises (bleu blanc rouge) à la Côte d’Ivoire.

 

Mais, Ouattara devait aussi et surtout être à l’Elysée, dans les jardins fleuris pour souffler à l’oreille de François Hollande ceci : «  Cher François, j’ai soutenu mon ami Sarkozy, tout mon vœu était qu’il te batte à plate couture. J’y tenais tellement que j’ai quitté mon pays, mon pays la Côte d’Ivoire à la veille de la fête du travail pour venir passer plus d’une semaine aux côtés de mon guide Sarko. Malheureusement tu l’as battu et cela m’a profondément déplu. Pour montrer mon attachement à Sarkosy, je suis venu pleurer dans ses bras le 07 Mai. Et il m’a consolé, il me disait en silence, le 06 Mai est une terrible nouvelle pour les dictateurs. »

 

Malheureusement le Ouattara qui n’a cessé de jurer que par la France, est derrière la barrière comme ce pauvre petit qui regardait de l’autre côté de la grille, son joujou (rat vivant) entre les mains, l’opulence dans laquelle baignait un autre enfant de son âge (1). Quel miracle a-t-il pu se produire pour que le grand Alassane Dramane Ouattara pour qui l’Elysée était devenu un Gbéléban Bis, se retrouve à ce niveau de rabaissement ?

 

Ah je vois, son Sarkozy est tombé. Le roi n’est vraiment plus roi ! Il n’a donc plus les plumes qui faisaient sa jeune gloire. Son armurier l’a abandonné. Selon Karamoko Yayoro son pouvoir est en danger. Il se cherche, il va en en Israël, en Chine, en Angleterre parce que la France n’est plus celle qui l’a bercée. Les clés du portail ne lui appartiennent plus. Il a donc chômé aux portails de l’Elysée, cherchant en vain une âme généreuse. Il regardait entre les grilles, dans l’espoir de trouver un huissier zélé pour lui ouvrir les gigantesques portes que Sarkozy lui avait généreusement offertes.

 

Il vient enfin de décrocher un petit rendez-vous pour le 26 Juillet 2012. Ouattara et Hollande vont se rencontrer et parler. Disons : « Amitié Côte d’Ivoire-France Oyé, Amitié Hollande-Ouattara Oyé. »

 

Ouattara passe après les Présidents du Bénin,  Niger, Sénégal, Guinée. Il passe surtout après le monarque du Gabon, son frère Bongo II. Pourtant il est le Président en Exercice de la CEDEAO, le super Président de l’Afrique de l’Ouest. Le Président de 15 pays. Dieu seul sait combien de fois le seul président de toute l’Afrique de l’ouest chérit son titre. Cela ne veut pas dire qu’il est un mégalomane, non il n’est pas mégalomane, il aime comme tout le monde les honneurs, les haies, les hourras, la grandeur, les lambris dorés.

 

Mais Hollande l’a ignoré en recevant avant lui, les sous-présidents de l’Afrique de l’Ouest, autrement dit, ces administrés. Lui, l’homme qui gère à partir de la Côte d’Ivoire les crises de la Cedeao, Quel affront ! Ouattara est vraiment tombé. Qui l’aurait cru ? Personne.

 

Le constat est donc clair, le 06 Mai a été une terrible nouvelle.

 

Le 26 Juillet prochain, il sera heureux de secouer chaleureusement, pas hypocritement, les mains de François Hollande. Ils parleront de sa Cote d’Ivoire bien aimée, pourtant bien défigurée par ses partisans civils comme militaires. Ceux-ci célébreront l’échange entre les deux Présidents. Vénance Konan, l’hagiographe du palais, celui qui a finit par retrouver le village d’Alassane Dramane Ouattara, s’offrira d’intenses moments d’extase et fera suinter quelques éditos pour rappeler qu’il avait prévenu que les socialistes ne sont pas différents des hommes de la droite. Il dira que son chef est reçu parce qu’il incarne les valeurs de la démocratie vraie. Lui et les autres courtisans diront que l’aura internationale surdimensionnée de leur guide vient de payer. (Sic). Ils chanteront que Sarkozy est bel et bien en place car lorsqu’ils regardent Hollande ils voient dans le tréfonds de ses yeux, les fourgons, mirages et autres pumas qui ont offert le pouvoir a leur guide.

 

Au son de l’éternel Djembé (2) et de l’Adjoss (3), ils écorcheront leurs gorges à crier : «  Amitié Côte d’Ivoire-France Oyé, Amitié Hollande-Ouattara Oyé. » A celui qui tentera de leur dire que les lignes ont bougé en leur rappelant que leur guide a eu du mal à se faire recevoir, ils répondront : « Tais-toi jaloux là.  Il a été reçu, c’est l’essentiel, ce sont des amis ». Ils oublieront certainement que leur guide a été reçu pour célébrer non, ses prouesses démocratiques  mais pour honorer la séculaire relation France-Côte d’Ivoire.

 

Recevoir si tard, le chef d’un pays qui est le premier partenaire, c’est montrer que les lignes ont véritablement bougé. Tant pis pour ceux qui ne le comprennent pas et crions avec eux « Amitié Côte d’Ivoire-France Oyé, Amitié Hollande-Ouattara Oyé. »

 

Que Dieu nous garde.

 

1-Le joujou du pauvre de Charles Baudelaire

2-Djembé : instrument de percussion utilisé principalement dans les sociétés Malinké

3 : Adjoss : Danse populaire en pays Akan, principalement en pays baoulé

 

LES PAMPLETS D’ALAIN BOUIKALO

bouikhalaud10@gmail.com

Commenter cet article