Bouaflé-Des habitations saccagées et pillées par les Frci à cause d'un jeune allogène!

Publié le par thruthway

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTMH1Xn409IQSB_OaOAO_oK7XBfHz3osmuC97IfbSHNcBGVtwZViw

Il est 7 HEURES du matin ce vendredi 17 juin 2011 quand les habitants du paisible village de Zanoufla, situé à environ 20km de Bonon département de Bouaflé sont réveillés par des tirs nourris d’éléments des Frci (forces pro-ouattara). C’est la panique. Le village se vide .Que se passe-t-il ? S’interrogent certains qui n’auront pas le temps de gagner les broussailles. Plusieurs villageois sont arrêtés et tabassés. Les habitations sont fouillées, pillées puis saccagées par les éléments des Frci, aidés par des jeunes allogènes à cœur joie à passer au crible fin chaque habitation du village. Argent, biens matériels, tout est emporté. Pourquoi une telle furie ?


Tout est parti d’une histoire banale de conflit foncier remontant à plusieurs années auparavant et ayant opposé un jeune allogène, Ali Challio à un autochtone du nom de kalou Bi Touvoly. Selon les informations en notre possession, une portion de terre appartenant au jeune kalou Bi et sa famille avait été illégalement occupée par Ali Challio. L’affaire à l’époque avait été réglée à l’amiable  et Challio qui avait reconnu son tort s’était excusé auprès  du propriétaire, kalou Bi Touvoly.

 

Aujourd’hui, avec la présence des Frci  dans les villes et villages du pays, c’est l’occasion rêvée pour certains allogènes  et allochtones de régler de vieux comptes portant sur le foncier. « Vous allez voir maintenant  qui est qui ici », avait menacé le jeune Challio, quelques jours avant l’irruption des éléments Frci dans le village de Zanoufla. Tôt ce vendredi dernier, alors que les villageois s’affairaient à leurs différentes occupations, plusieurs éléments des Frci débarquent à zanoufla . Aux cotés du jeune Challio, ils foncent directement chez kalou Bi le saisissent pour l’embarquer à leur base de Bonon.

 

Les villageois s’interposent, demandant que l’affaire soit réglée dans le village de peur que quelque chose de grave arrive à leur fils. Puisque selon eux, plusieurs autres jeunes dans le canton ont déjà été enlevés dans les mêmes circonstances et ne sont plus jamais revenus. Devant l’instance des villageois, les éléments Frci furieux, se mettent à tabasser les autochtones avant d’effectuer des tirs de sommation nourris. Le village  vidé de ses habitations est aussitôt passé à sac .On enregistre plusieurs  blessés parmi les autochtones.

 

Alertée, l’onuci arrive en milieu d’après-midi du vendredi. Elle  a tenté de calmer la situation. Les éléments des Frci leur ont promis quitter les lieux dès qu’ils auront retrouvé  un fusil qu’ils disent avoir perdu dans le village. Une fois les casques bleus repartis, les soldats Frci ont poursuivi tout l’après midi et la nuit même, le siège du village continuant de vider les chargeurs de leurs Kalaches à travers les rues de zanoufla . Ce n’est que le samedi matin que ces éléments des Frci venus de Bonon  se sont résolus à retourner à leur base. Les villageois ont pu regagner leur village après avoir passé 24Heures dans la brousse en pleines saison des pluies. Constatant à leur retour les dégâts orchestrés par le passage des « maitres des lieux ».

Benjamin Silué

Publié dans Droit de l'homme

Commenter cet article