Boycott du cacao ivoirien : L’UE dit non à Ouattara

Publié le par thruthway

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT7Mck8l82OUbFuBAEcT3l0aMM3qj9pnyEqknv0VrpwhashCXYXUn véritable couac dans ce qui paraissait une bonne entente entre Alassane Ouattara et l’Union européenne. Alors que le président reconnu par une partie de la communauté internationale et son gouvernement ont demandé aux opérateurs économiques en Côte d’Ivoire de cesser toute exportation du café et du cacao, l’Union européenne a marqué...diplomatiquement son désaccord. Une source proche de la Commission citée par europe1.fr a expliqué que les sanctions imposées par l`Union européenne à la Côte d`Ivoire n`incluaient pas une interdiction des importations de cacao ivoirien. Les sanctions imposées par l’Ue l’ont été après que Laurent Gbagbo a décidé de ne pas considérer l’ultimatum qui lui avait été lancé par l’Ue afin qu’il cède le fauteuil présidentiel à Alassane Ouattara. Ouattara dans un communiqué signé de son premier ministre Guillaume Soro interdisait toute exportation de café et cacao à partir de la Côte d’Ivoire ; l’objectif étant de déstabiliser Laurent Gbagbo, toujours au pouvoir. Le communiqué affirmait : « le gouvernement (d’Alassane Ouattara, ndlr) informe les opérateurs économiques de l’arrêt immédiat de toute exportation de café et de cacao à compter du lundi 24 janvier 2011 et ce, jusqu’au 23 février 2011 (…) Le gouvernement rappelle que les contrevenants à cette mesure seront considérés comme finançant les activités de l’administration illégitime de M. Laurent Gbagbo et s’exposent à des sanctions internationales… ». L’Ue qui a dû prendre la mesure des conséquences qu’un boycott du café et du cacao ivoirien impliquerait, a jugé utile de réagir. Dans la journée d’hier, la porte-parole du chef de la diplomatie de l’Ue, Maja Kocijancic, expliquait que l’embargo commercial constituait une « option ». « Il ne s‘agit pas d`une option immédiate », a précisé Maja Kocijancic qui a relevé que les Européens voulaient, dans un premier temps, examiner l’impact qu’auront les sanctions déjà décidées à l’encontre de Gbagbo et de son entourageHistoire de dire : " écoutez messieurs, vous êtes bien gentilles mais le chocolat et le café font partie de notre quotidien et il n’est pas question pour nous de jouer avec ces choses." C’est ce qu’on appelle en bon français : un désaveu.

Notons que les cours du cacao avaient commencé par s’envoler sur les marchés de Londres et New York après l`annonce par le camp Ouattara d`un arrêt des exportations de cacao et de café.

Source: Soir Info

Publié dans Economie

Commenter cet article