Budget 2011 : Voici les grandes articulations

Publié le par thruthway

http://ci.telediaspora.net/portail/portail/photo/image/ake%20gilbert%20et%20Laurent%20Gbagbo.jpgLe budget 2011 s’équilibre en recettes et en dépenses à 2907, 320 milliards de Fcfa. Il a été adopté le jeudi dernier par le conseil des ministres. Voici les grandes articulations.


En dépit de la crise, le Gouvernement Aké N’Gbo qui fait de la bonne gouvernance son cheval de bataille, tient à rassurer que le paiement des salaires sera garanti et qu’un effort exceptionnel au titre du paiement de la dette intérieure sera fait pour maintenir en activité le secteur privé et contenir le risque de chômage. Il a été inscrit à ce budget, l’ensemble des engagements avec les bailleurs de fonds extérieurs. En outre, le budget 2011 jette les bases du programme de gouvernement. Une large place est accordée à la création d’emplois par l’entreprenenriat, le paiement de la dette intérieure, ainsi que l’approfondissement de la décentralisation et le recrutement dans les secteurs de l’Enseignement, de la Défense et de la santé. Le budget 2011 prévoit les actions prioritaires pour le lancement de l’Assurance maladie universelle, l’élargissement de la gratuité des manuels scolaires et des cantines dans les lycées et collèges, certains soins liés à la maternité ainsi que les dépenses pro pauvres. La prise en compte des victimes de guerre et des handicapés constitue un moyen de donner une chance à tous les citoyens de ce pays. L’effort d’investissement dans le secteur de l’énergie sera maintenu ainsi que le programme des grands travaux, notamment le 3e et le 4e pont, l’Hôtel Ivoire, l’extension du port d’Abidjan et l’entretien du patrimoine d’Etat. Les dépenses de sortie de crise ont été revues pour tenir compte du contexte et des engagements vis-à-vis des Forces de défense et de sécurité, pour la surveillance des frontières Ouest et Nord, pour le renforcement des moyens d’action et pour la réhabilitation des casernes militaires et des commissariats de police. Pour faire face à l’ensemble de ces engagements, le Gouvernement de Côte d’Ivoire se fixe un objectif de croissance prudente du Pib de 3% contre une prévision de 4% en 2010. Cet objectif est fondé sur une bonne performance du secteur agricole et minier ayant bénéficié d’importants investissements en 2010 et dont les résultats attendus en 2011 auront un impact de 3,5% de croissance sur le secteur primaire par rapport à 2010. Cette performance du secteur primaire, qui échappe à la crise, aura un impact favorable sur le secteur des services (télécommunication, transport, commerce) avec un taux de croissance estimé à 2,8% et un solde global de la balance commerciale de 12% du Pib. Seul le secteur secondaire connaîtra un ralentissement dû à la crise.


Le taux d’inflation ressortirait à 2% contre 1,5% en 2010, en deçà de la norme communautaire de 3%. Le niveau de ressources budgétaires attendu est donc de : deux mille neuf cent sept milliards trois cent vingt millions trois cent quatre vingt dix huit mille deux cent seize (2907.320.398.216) Francs Cfa contre 2897 milliards en 2010. Il est en hausse de 10,3 milliards de Fcfa par rapport aux ressources de 2010, soit un taux d’accroissement de 0,4%. Ces ressources sont essentiellement internes à hauteur de 90% et prennent en compte les recettes pétrolières qui s’élèvent à 96,4 milliards de Fcfa et celles du gaz à 98,6 milliards de Fcfa. Ces ressources permettront de mettre en œuvre le document de stratégie de la réduction de la pauvreté et le programme de Gouvernement du Président Laurent Gbagbo. Pour maintenir le secteur privé et ses emplois, le service de la dette intérieure passe de 477,8 milliards de Fcfa en 2010 à 894,3 milliards de Fcfa en 2011 soit une augmentation de 416,5 milliards de Fcfa. La sécurité et la défense bénéficieront d’une allocation pour le renforcement de la sécurité des frontières Ouest et Nord, l’amélioration des conditions de vie et de travail et la sécurité en zone gouvernementale. L’emploi par la promotion des entreprises artisanales et des Pme bénéficiera de 10 milliards de Fcfa au titre du service civique ; 49,1 milliards de Fcfa au titre de l’appui à l’agriculture, la pêche, l’élevage, la production laitière, le vivrier pour aller vers l’autosuffisance alimentaire ; 16,4 milliards de Fcfa pour la promotion et l’insertion des jeunes ; 13,6 milliards de Fcfa en faveur des femmes, des orphelins et de l’artisanat. Le secteur pro pauvre sera doté de 796,3 milliards de Fcfa dont 539,6 milliards de Fcfa pour l’éducation et la santé. Cette dotation correspond aux crédits accordés pour la première année, aux programmes triennaux inscrits dans le cadre des dépenses à moyen terme de ces secteurs. Enfin, les dépenses du personnel sont en progression de 8,4% par rapport à 2010.

Elles tiennent compte du recrutement dans l’éducation, la santé, la sécurité et la revalorisation partielle du traitement de certaines catégories socioprofessionnelles.


Joseph Atoumgbré 

Publié dans Economie

Commenter cet article