«Cerveau» des attaques d’Abidjan ? Voici qui est en réalité Paul Woya….

Publié le par thruthway

http://news.educarriere.ci/news-images/maxi/actu_image_4257.jpg

 

 

 

 

 

La série d’arrestations depuis les attaques des positions des Forces républicaines de Côte d’Ivoire(Frci) continue au sein de la population civile et des innocentes populations surtout. Une des grosses «prises» montrées aux Ivoiriens comme un trophée de guerre est un certain Paul Woya, qui servait de nationalité libérienne. Et la presse proche du pouvoir ouattara en a fait ses choux gras. «Attaques d’Abidjan, le cerveau arrêté à Bingerville», pouvait-on lire à la une des journaux rhdp, dans leur livraison du samedi 25 août 2012. Il ne fallait pas attendre longtemps pour que le dimanche 26 août, la télévision nationale se propose de mettre à nu le visage du fameux cerveau. Trente minutes après, les quelque rares téléspectateurs se rendront compte que de la manœuvre suspecte du présentateur du Jt de 20h, Ali Diarrassouba. L’information tant attendue concernant le cerveau des attaques passera inaperçue, expédiée. Et pourtant, un fort battage médiatique avait été fait quelques heures plutôt autour de l’homme arrêté à Bingerville. Plus de cinq jours après ce coup de filet orchestré par les hommes de Koné Zakaria, le mystère se dissipe peu à peu sur l’identité du trophée de guerre.

 

En effet, selon des sources bien introduites auprès du dossier, Paul Woya présenté comme le «cerveau» de la déconvenue des Frci depuis le début du mois d’août à Abidjan et à l’intérieur du pays, n’y serait absolument pour rien. A en croire notre source, il n’est ni de près, ni de loin impliqué dans les attaques d’Abidjan, encore moins dans celles du camp d’Akouédo, comme l’a fait croire un communiqué signé du service de la police militaire de l’ex-chef de guerre, Koné Zakaria. En tous cas, les informations en notre possession relèvent la comédie et le montage bien huilé du régime de Ouattara.

 

Le nommé Paul Woya, révèle notre source, est un maçon qui réside dans la cité de Bingerville, il y a bien longtemps. originaire, assure-t-on, de l’ouest du pays, (de l’ethnie Guéré), le «cerveau des attaques de Koné Zakaria», est père de sept enfants. Il a été mis aux arrêts le 5 août 2012. A la suite d’une opération de rafles et de ratissage qui intervenait après les attaques par des individus non encore identifiés du plus grand camp militaire de Côte d’Ivoire, Akouédo. Ainsi, précise notre source, l’infortuné maçon a été arrêté sans aucune forme de vérification de son identité par les hommes de Koné Zakaria, arrivés plus tard dans la localité de Bingerville.

 

 

 

Pour cette horde d’hommes armés de l’ex-chef de guerre, Paul Woya qui parlerait même à peine bien la langue de Shakespeare devient subitement l’auteur présumé d’une série d’attaques dont il ne sait rien, en fait. «Depuis son arrestation, Paul Woya ne fait que clamer son innocence dans les attaques d’Abidjan. Mais en vain. Il subit un interrogatoire corsé destiné à lui arracher des aveux», affirme notre informateur. En réalité, il ne détient aucun «arsenal de guerre».

 

Hélas, en dépit de la présomption d’innocence dont bénéficie tout être humain, Paul Woya est aux mains de Koné Zakaria. Une autre arrestation qui cache bien de zones d’ombres. Mais si Paul Woya, n’a rien à voir avec ces attaques, qui est donc le Libérien que le régime a pris pour le cerveau des assauts d’Abidjan ? Les Ivoiriens voudraient savoir davantage. «En dépit des tortures que je subis, je n’accepterai à aucun moment de reconnaître un fait aussi grave pour lequel je n’ai pris part. Si j’avais côtoyé les grands hommes du Libéria et de la Sierra Leone, comme vous le soutenez, je ne vivrais pas à Bingerville, dans une situation peu glorieuse», aurait clamé Paul Woya face à ses bourreaux.

 

 

Toussaint N’Gotta

 

Source: Le temps

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article