CI-Législatives 2011 : Pari réussi pour le FPI : Abidjan, dans l’indifférence totale

Publié le par thruthway

Bureau de vote.4

 

 

Comme l’on devait s’y attendre, le scrutin législatif anti-démocratique qui s’est déroulé hier n’a pas drainé des foules dans les différents bureaux de vote, notamment dans les communes de Cocody, Adjamé et d’Abobo-Adjamé. Les électeurs se comptaient au bout des doigts.

 

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’y pas du tout eu d’engouement autour de ce scrutin que les observateurs les plus avertis qualifient de scrutin aux dés pipés d’avance. La preuve de cette faible mobilisation due au mot d’ordre de boycott lancé par le Front populaire ivoirien (FPI), c’est par exemple, au bureau de vote de l’Ecole primaire public (EPP) Attoban à Cocody où à 11h 52min, l’on pouvait dénombrer moins d’une quinzaine de votants. Ce triste constat, s’est observé dans la quasi-totalité des bureaux de vote, particulièrement dans les villages Ebrié de la commune de Cocody. Les bureaux de vote à Adjamé, attendaient également hier des électeurs.

 

A12h 23, l’on pouvait observer au lycée moderne des 220 logements, ex-CEMA, une poignée de votants dans ce grand établissement secondaire. Difficile d’imaginer qu’un scrutin se tient en ce lieu tant ce vote annoncé à cor et cri par la presse pro-Ouattara, se tient dans l’indifférence la plus totale. On était loin hier des longues files d’attente, des records de participation, des centres de vote pris d’assaut à l’aube par des milliers d’électeurs, de la dernière élection présidentielle qui avait une allure de fête nationale et populaire. Ce désert électoral observé hier, d’autres centres de vote de la commune d’Adjamé l’ont malheureusement connu.

 

C’est fut le cas au Groupe scolaire Satigui Sangaré et au Groupe scolaire Harris. Des écoles pratiquement situés en plein cœur des marchés et difficile à identifier comme tel. Abobo supposé fief supposé d’Alassane Ouattara n’a pas dérogé à la règle. Il fallait entrer dans la grande cour du vaste Groupe scolaire Sogefiha 1 et 2 pour se rendre compte qu’un groupuscule d’individus, localisés dans un des bâtiments de ce groupe, prenait part au scrutin. Même décor planté aux Cours sociaux, un établissement secondaire. Il y a eu également une très faible participation à Koumassi. L’EPP Sicogi-Est en est un exemple patent.

 

Sur 13 bureaux de vote jusqu’à 13 heures, 30 personnes avaient déposé leurs bulletins dans les urnes. A Treichville, les bureaux de vote sont restés désespérément vides. Un rang insignifiant de 4 à 5 personnes observé au Groupe scolaire du Port. Le collège moderne de l’autoroute n’a pas été en reste, tout comme l’EPP Konan Raphaël 1et 2. Le scrutin législatif d’hier, le premier de l’ère Ouattara ne restera pas dans les mémoires.

 

Charles Bédé

 

 

Source : Notre voie

 

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article