Côte d'Ivoire- Abattoir de Port-Bouët : Un civil exécuté par les forces pro-Ouattara

Publié le par thruthway

http://news.abidjan.net/photos/photos/manifestant_sur_rti16.jpg

Photo d'illustration

 

 

 

Un autre malheur vient de frapper la population abidjanaise. Cette fois-ci, c'est le jeune Tea Hypolite, menuisier de profession qui a été froidement exécuté dans la commune de Port-Bouêt par des éléments appartenant aux Frci (forces pro-ouattara) et aux miliciens proches du régime d’Abidjan.

 

En effet, selon des témoins que nous avons rencontré sur place, celui que l'on surnommait affectueusement Oupoh a été intercepté par les FRCI (forces Pro-Ouattara) et des jeunes militants du RHDP (coalition au pouvoir) à l'abattoir de Port-Bouêt alors qu'à bord de sa moto scooter, il se rendait faire des courses. C’était hier le 11 Septembre 2012 dans la matinée.

 

Quelques minutes après son interpellation, le jeune Tea Hypolite, originaire de l’ouest de la Côte d’ivoire de l’ethnie guéré, sera abattu d’une balle dans la tête par les militaires Pro-Ouattara et leurs supplétifs. Son corps sans vie sera ensuite emballé dans un sac de plastique noir et transporté pour une destination inconnue. Aux dernières nouvelles, son corps aurait été abandonné à la morgue de l’hôpital de Port-Bouêt.



Hypolite habitait un quartier réputé être acquis au Président Gbagbo dans la commune de Port-Bouêt. Après la prise du pouvoir par les armes d'Alassane Dramane Ouattara l'année dernière, à cause de la chasse à l'Homme et des assassinats à répétition perpétrés contre les partisans du Président Gbagbo à Abidjan par les forces pro-Ouattara, ce quartier s'était vidé de ses habitants qui étaient presque tous partis en exil.

 

Mises en confiance par les appels à la réconciliation d'Alassane Dramane Ouattara, toutes ces personnes avaient recommencé à regagner leur quartier pensant que les moments les plus difficiles étaient désormais derrière elles. Parmi ces personnes Tea Hypolite qui ayant son activité dans le quartier avait bravé la peur et avait recommencé à exercer son métier.

 

Tous ceux qui le connaissaient, témoignent d'ailleurs que bien que partisan du Président Gbagbo, ce qui intéressait désormais ce jeune marié et père d'une petite fille c'était de pouvoir subvenir aux besoins de sa petite famille. Mais c’était sans compter avec ce régime sanguinaire installé de force par la France. La preuve, Hier 11 septembre 2012 ses forces barbares ont décidé de mettre fin à la vie désormais tranquille de ce jeune foyer.

 

Les militaires Pro Ouattara ne se sont d'ailleurs pas limités à assassiner le jeune Hypolite, comme butin, ils ont emporté sa moto scooter.



La psychose a de nouveau envahi le quartier où vivait le jeune Hypolite. Les habitants qui ne comprennent toujours pas pourquoi un homme aussi tranquille ait pu connaitre un sort aussi tragique, se sentent désormais tous des victimes potentielles, surtout que leur quartier jouxte un camp militaire et que l'atmosphère qui se respire est redevenue celle qui y prévalait juste après la prise de pouvoir d'Alassane Ouattara. Atmosphère faite de suspicions, accusations gratuites, et meurtres de civils.

 

Acc- Communication

Publié dans Droit de l'homme

Commenter cet article