Côte d’ivoire- Divo/Heremankono: Les populations se révoltent contre les Frci

Publié le par thruthway

http://san.lifepole.com/imatin.net//articles/images/PC-110412-00i12-abidjan-tirs-armes-sn635.jpg

photo d'illustration

 


Publicite Afrique

 

 

Il faut le dire tout net, c’était chaud hier. La région de Divo, et plus précisément  la localité de Hermankono (située à 15 km de Divo) était en ébullition. La raison : les exactions des forces pro-ouattara (Frci) que la population de la dite ville ne supportait plus.

 

Nous sommes le vendredi 09 Août 2013. Très tôt ce matin un détachement des hommes de « Cobra » (de son vrai nom Gaoussou) interpelle un jeune malien pour le rançonner. Face au refus de ce jeune de se plier à leur injonction, celui-ci sera roué de coup et brutalisé à souhait. Ses amis et parents informés de la situation vont ériger des barrages dans toute la ville en scandant des slogans hostiles aux Frci. «Frci dehors ! ça suffit ! on est fatigué… On veut plus de Frci ici…».

 

C’est une population très remontée qui ne s’est pas contentée de simples slogans. Ne pouvant plus supporter cette justice arbitraire que les font subir ces forces pro-ouattara stationnées dans la région de Divo (le cas de ce jeune malien est en fait la goutte d’eau qui a fait débordé le vase) sous les ordres de l’adjudant Gaoussou, ont occasionné des dégâts très importants dans le camp des Frci selon plusieurs témoignages.

 

Ce sont des jeunes armés de gourdins, de cailloux, d’armes blanches, de barres de fer et de lances pierres qui se sont pris à tous les postes de contrôle des Frci (qui sont en réalité des postes de racket), à certains de leurs véhicules, motos, chaises, tables. Ils les ont incendiées après avoir érigé des barrages dans les différentes principales rues. Ce qui va paralyser toute la petite ville de Hermakono habitée en grande partie par les ressortissants de la CEDEAO et les ressortissants du Nord de la Côte d’ivoire, zone très favorable au régime Ouattara.

 

Il faut attendre en fin de journée, et cela grâce à un détachement de la police et de la gendarmerie, pour constater le retour au calme dans cette petite ville située à 15 km de Divo. Selon un témoin joint sur place.

Publié dans Fronde sociale

Commenter cet article