Côte d’ivoire : Encore de nouvelles arrestations sans enquêtes : la justice des vainqueurs en marche

Publié le par thruthway

http://www.connectionivoirienne.net/wp-content/uploads/2013/04/051a22dde3b372e5c058fbc303756df4_XL.jpg

 

 

Onze personnes dont trois femmes, arrêtées dans l’ouest ivoirien à la suite des récentes attaques meurtrières, ont été « transférées » à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), portant à 371 le nombre de détenus pro-Gbagbo, selon leurs entourages.

 

Ces transferts ont été effectués le 29 mars dernier, ont rapporté les proches de ces détenus, indiquant que ces derniers ont été placés « sous mandat de dépôt ».


Les détenus ont été arrêtés à Blolequin, Toulepleu et Duekoué (ouest ivoirien), des localités ayant connu de violentes attaques, qui ont fait des morts parmi les civils et des éléments des Forces po-ouattara (Frci).

 

L’année dernière, le camp des refugiés de Nahibly situé non loin de la commune de Duekoué, a été attaqué par des partisans du camp Ouattara, occasionnant la mort de plusieurs personnes. Les enquêtes de cette attaque sont toujours en cours, selon les autorités ivoiriennes. Aucune arrestation n’a été faite jusqu’à ce jour.

 

Les dames Ange Mireille Kamandé, Alida Péhé et Michelle Zoué, figurent parmi les onze personnes récemment transférées à la Maca. Selon leurs proches, ce sont « les premières femmes détenues politiques » de la prison d’Abidjan.

 

Le Front populaire ivoirien (Fpi, opposition), le parti du président Laurent Gbagbo, dénonce la détention de plus de 500 proches de l’ex-président ivoirien, à travers le pays.

 

Publié dans Droit de l'homme

Commenter cet article