Côte d’ivoire- Grève des enseignants, les élèves dans la danse, les épreuves physiques du Bepc perturbées, kandia huée !

Publié le par thruthway

http://regardscroises.ivoire-blog.com/media/01/02/1041113862.jpg

Des élèves en colère parce que n'ayant pas d'enseignants, font mouvement

vers la Présidence, Abidjan Plateau. Lundi 25 mars 2013, à 12h 25mn. Alain Doh Bi.

 

 

Le Lycée Sainte Marie de Cocody et le Lycée classique d'Abidjan Cocody font partie de ces établissements. De nombreux élèves des classes de 3ème, venus prendre part à cet examen, dont l'apothéose est prévue pour le vendredi 26 avril 2013,  ont été délogés par des enseignants grévistes.

 

Rencontrés devant le portail du Lycée Sainte Marie de Cocody, des élèves ont expliqué que c'est à 8h qu'ils ont été sommés, par un groupe d'enseignants, de quitter les lieux. Si certains ont été chassés, d'autres par contre ont trouvé des centres d'examen vides. C'était le cas du Collège moderne de Cocody où les enseignants ont brillé par leur absence. Les élèves du collège « Soma Samaké » d'Adjamé qui avaient pour centre d'examen cet établissement secondaire, ont attendu en vain les enseignants.

 

Pendant ce temps, au pied de la Tour D de la Cité administrative au Plateau, hier matin, plus de 300 jeunes filles et garçons, révoltés, déchainés, criaient à tue-tête. Ce sont tous des élèves de la 6ème à la Terminale venant des établissements secondaires d’Adjamé. Ils sont venus à pied, sous la canicule, de leur commune jusqu’au Plateau pour exprimer de vive voix, leur ras-le bol à leur ministre de tutelle, Kandia Camara Kamissoko qui, selon ces manifestants, est incapable de trouver une solution à la grève des enseignants.

 

Pendant plus de deux heures, ces élèves ont bruyamment manifesté, suscitant curiosité, et admiration des fonctionnaires et des visiteurs de cette Tour pour leur courage et leur détermination. Débordant d’énergie, mêlant colère et humour, ils ont bravé la quinzaine de policiers qui a eu par moments à utiliser leurs biceps sur ces élèves sans défense, pour les empêcher d’avoir accès au rez de chaussée de la Tour D où se trouvent les ascenseurs.

 

Ces élèves après avoir résisté, ont été finalement repoussés après plus de deux heures de Sit-in, à l’une des sorties de cette cité (côté camp Galliéni). Ces jeunes manifestants déterminés, ont dit sèchement leur vérité à leur ministre de tutelle. «Payer les professeurs», «on veut faire cours», «Kandia, on va te déloger», «Kandia on ne veut plus te voir dans ce ministère, démissionne maintenant», «Kandia, respectez un peu les élèves et les enseignants, tu nous crées trop de problèmes»…

 

Par crainte de débordements, la tutelle a reçu une délégation de cinq élèves au cabinet du ministre Kandia, au 28è étage. Ils ont été reçus par le professeur Koné Raoul, le directeur adjoint de cabinet et Ibrahima Kourouma, l’inspecteur général (toujours le rattrapage ethnique en marche), coordonnateur général de l’inspection générale. Ces responsables du cabinet leur ont promis que tout rentrera dans l’ordre et que les cours auront lieu ce mardi matin. Non sans diaboliser les enseignants.

 

Ils leur ont fait savoir que les enseignants grévistes ne sont pas de bonne foi et que toutes les promesses faites aux enseignants ont été tenues par le pouvoir. Affirmant en outre que la cause de leur malheur, ce sont les enseignants qui refusent de dispenser les cours. Des informations prises avec des pincettes par les représentants des manifestants qui ont improvisé un meeting pour dire à leurs camarades que si aujourd’hui, les cours ne reprennent pas, la révolte des élèves sera générale sur toute l’étendue du territoire national.


D’autres remous ont été également signalés hier dans d’autres communes d’Abidjan. Notamment à Yopougon où de nombreux élèves du public ont délogé leurs camarades des établissements privés. Ce phénomène a été également observé à l’intérieur du pays.

Publié dans Education

Commenter cet article