COTE D’IVOIRE, LE COMMANDO INVISIBLE COLLECTE LES ARMES PENDANT QUE LE CAMP OUATTARA S’ILLUSIONNE

Publié le par thruthway

http://www.lexpressiondz.com/img/article_medium/photos/P120627-08.jpg

 

 

 

Un article de Assalé Tiemoko paru dans l’Eléphant Déchainé

 

Ça ne s’arrête pas. Les attaques contre les brigades de gendarmerie et les commissariats par des individus toujours non identifiés se poursuivent allègrement. La dernière en date est celle contre la brigade de gendarmerie de Bongouanou et du cantonnement des Eaux et Forêts de cette ville. Le moins qu’on puisse dire, c’est que si l’on ne déplore pas de pertes en vies humaines du côté des assaillants comme celui des Frci - c’est dire si les combats ont été violents- le bilan en termes d’armes emportées est tout à fait confortable pour les individus non identifiés. A la brigade de gendarmerie, ils ont pu se contenter de huit fusils de guerre AK47 et cinq pistolets automatiques. Au cantonnement des Eaux et Forêts, ce sont deux fusils AK47, un Sig, un Marck 36 et un pistolet mitrailleur qui auraient été emportés. 



Selon le porte-voix du ministère de la Défense (du gouvernement Ouattara), « dix-huit armes emportées dans la même nuit, ça fait trop ! » En effet ! Quand on ajoute à ces armes, celles qui ont été emportées à Dabou, à Yopougon, à Bonoua, à Port-bouët, au camp commando d’Akouédo, etc., on se rend compte que de jours en jours, pendant que les sécurocrates de l’indéboulonnable d’Abidjan continuent de courir, l’arsenal de ces individus non identifiés ne fait que grossir. Subitement, en regardant de plus près la façon dont les choses se passent, et sans être un expert en stratégie militaire comme Lida Kouassi, on réalise tout de suite que le but de toutes ces attaques devient de plus en plus clair : les individus non identifiés sont à la recherche d’armes. Ils sont dans une opération qui consiste à se procurer le maximum d’armes, sans débourser le moindre sou. La chose, pour peu qu’on prenne le temps de l’observation, devient de plus en plus évidente. Et cette collecte d’armes à travers brigades de gendarmerie et commissariats de police est faite, sans aucun doute, en vue de la préparation d’une action majeure :


Une offensive générale avec occupation de plusieurs localités, dont certaines sont déjà désarmées par ces individus non identifiés. Pendant ce temps, au lieu de revenir sur terre et de s’occuper sérieusement de la sécurité des Ivoiriens et du pays, les sécurocrates se contentent de verbes. « Le chef de l’Etat a donné des instructions fermes pour que la sécurité des sites stratégiques soit renforcée ». Formidable ! Il a fallu l’attaque contre la Centrale thermique d’Azito pour que nos immenses sécurocrates réalisent que certains sites stratégiques n’étaient pas suffisamment sécurisés. 



Subitement encore, les Ivoiriens découvrent que les plus incompétents dans l’armée ne sont pas forcément ceux qui sont relevés de leurs fonctions après une attaque à succès des individus non identifiés. Lesquels continuent, à travers le pays, de faire leurs emplettes dans les commissariats et brigades de gendarmerie. 



Pendant que les Frci (forces pro-ouattara) et leurs supplétifs les dozos, comme si de rien n’était, continuent de s’occuper, sereinement, de leurs petits barrages sur les routes. En attendant la fuite avec abandon des armes, dès l’arrivée des individus non encore identifiés. Mais dont les intentions sont clairement affichées. 



Comme le demandait récemment un colonel français de la Force Licorne : « N’est-il pas tant que le régime commence à faire confiance aux officiers supérieurs compétents qui se tournent les pouces à la maison et qui sont sans activité au motif qu’ils ont servi sous Gbagbo ? »



Assalé Tiemoko in l’Eléphant Déchainé

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article