Côte d’ivoire : le régime met en place un escadron de la mort. Des civils et militaires enlevés et exécutés !

Publié le par thruthway

http://ivoire.telediaspora.net/portail/portail/photo/image/maltraitance%20des%20jeunes%20par%20les%20pro%20ouattara.jpg

 

 

Le pouvoir Ouattara poursuit sa répression

Un Sergent-chef de l’armée porté disparu

 

sergent-kobou-decky.PNG

 

 

Que ce soit dans la rue, à la maison, sur le lieu de travail ou sur un lieu de culte, le danger est partout, depuis l’installation du régime Ouattara. Chaque jour qui s’écoule, particulièrement après les évènements d’Akouédo, de nombreux citoyens ivoiriens tombent dans les filets de «commando», «d’escadron» non identifié. Pour trouver la mort ou se retrouver dans un coin de torture (la plupart du temps chez un ancien chef de guerre) ou en prison.

 

En effet, enlevé jeudi dernier, sur son lieu de travail, la Base aérienne d’Abidjan (Baa), pour une destination inconnue, le sergent-chef Kobou Decky Jean-Claude est introuvable. Sa famille, sans nouvelles de lui, s’inquiète et vit dans une angoisse terrible. Son épouse s’est rendue à la Baa, sans résultat ! Désespérée, elle a saisi la division des Droits de l’Homme de l’Onuci.

 

A la Baa, la dame a rencontré le supérieur hiérarchique de son époux, le Lieutenant Bamba Bakary, commandant des moyens généraux des Frci (Cap sud). Selon elle, il a indiqué que c’est le Général Ouégnin, commandant de la Baa, qui avait convoqué le sergent-chef Jean-Claude Kobou Decky, pour le remettre à de supposés agents de la Dst. Les efforts de la jeune femme pour rencontrer le Gal Ouégnin sont vains, jusqu’à ce jour. Cependant, à croire le Lieutenant Bamba Bakary, c’est jeudi midi que le sergent-chef Jean-Claude Decky a reçu un coup de fil, pendant qu’il se restaurait à Port-Bouet. Il devrait être interrogé par des agents de la Dst. Mais à la Dst, la dame a été informée de ce que son mari n’était pas arrivé dans cette institution.

 

La famille s’inquiète de plus en plus. Surtout que, selon sa femme, Decky recevait, depuis un certain temps, des menaces de mort sur son téléphone portable, de la part de personnes inconnues. Dès les premières heures de la chute du Président Gbagbo, il s’était enfui, comme beaucoup d’Ivoiriens, au Ghana. Il était revenu quand le pouvoir a demandé à tous les militaires de retourner au travail.

 

Le sergent-chef Kobou Decky avait réintégré son poste. Mais le régime Ouattara l’avait arrêté en novembre 2011 pour le libérer un mois plus tard.

 

Selon des sources proches de la Baa, le Lieutenant Bamba Bakari se serait juré de régler les comptes à tous ses frères d’armes originaires de l’ouest dont Deky.

 

Koulibaly Doucy


 

Yamoussoukro

Le coordonateur du Cojep incarcéré à la Dst

 

A défaut de réconcilier les Ivoiriens, Alassane Ouattara s’est engagé dans une véritable chasse aux sorcières.

 

Profitant d’une rafle systématique généralisée, plusieurs partisans de Laurent Gbagbo ont été enlevés à leurs domiciles respectifs puis conduits à diverses destinations. Au nombre de ceux-ci, figure, Kouadio Noël, dit KN, responsable local du Cojep et professeur de mathématiques-physiques au Lycée scientifique.de Yamoussoukro. Avec lui, une dizaine de personnes, rapportent nos sources, dont un certain Jean-Claude, ont été arrêtés par un détachement venu de la Garde républicaine et d’hommes en civil.

 

Selon nos informateurs, c’est suite à des dénonciations calomnieuses qu’ils ont été interpellés. Aux dernières nouvelles, toutes ces personnes ont été déférées à la Direction de la surveillance du territoire (Dst) à Abidjan.

 

Ouattara Abdul-Mohamed


 

Yopougon

Un marin enlevé par des Frci

 

Le Quartier Maître Oboumou N’Dégbeu Mesmin a été enlevé, jeudi dernier, dans son quartier à Yopougon Camp militaire en compagnie de quelques jeunes par les éléments des Frci du 37ème arrondissement. Il aurait été ensuite conduit à une destination que les parents du marin ne connaissent pas.

 

A.K

Publié dans Droit de l'homme

Commenter cet article