Côte d'Ivoire, Les chrétiens dans la ligne de mire du régime Ouattara.

Publié le par thruthway

eglise-detruite-sur-ordre-de-ouattara.PNG

 

 

 

De Acc-communication

 

Après les accusations de déstabilisation, les menaces de rétorsion suite à des complots imaginaires, le gouvernement d'Abidjan semble depuis quelques semaines être passé à la phase de mise en pratique de ses menaces contre certaines communautés chrétiennes en Côte d'Ivoire. En témoigne la destruction par des caterpillars du portail du temple des Assemblées de Dieu de Cocody à Abidjan. (photo ci contre)



Cette nouvelle phase de la guerre en Côte d'Ivoire qui semble être une guerre contre les chrétiens débuta lorsque suite à des attaques ciblées contre les stationnements des militaires pro-Ouattara dans les villes de Dabou et Jacqueville le 17 août 2012, les ivoiriens entendirent stupéfaits le chef des opérations des FRCI à Dabou, le commandant Ousmane Coulibaly alias Ben Laden, déclarer à la télévision d’État que le cri de guerre des assaillants qui venaient de faire mordre la poussière à des dizaines de ses compagnons d'arme était « O Christ ! Ô Christ.» Cette accusation faite par un musulman ivoirien, l'un des plus importants chefs militaires d' Alassane Ouattara, celui là même qui déclarait que l'on refusait qu'il soit président parce que musulman, n'était pas du tout fortuite. 



En effet durant la même période, comme par hasard, commença à circuler une rumeur selon laquelle un pasteur avait annoncé une guerre de 77 jours contre le régime Ouattara. Cette rumeur savamment créée et entretenue par les journaux proches d'Alassane Dramane Ouattara conduisit à l'assassinat du pasteur Aristide Dja le 21 septembre 2012. Le pasteur Dja était accusé d’être l'auteur de la fameuse prophétie, et fut tué par les militaire pro-Ouattara juste après l'attaque contre les positions des FRCI à la frontière ivoiro-ghanéenne. 



Mais la diabolisation des chrétiens ivoiriens ne s’arrêta pas là. Alors qu'il était en tournée de sensibilisation dans les casernes à Abidjan, le chef d’État major de l'armée ivoirienne, accusa deux autres pasteurs d’être parmi ceux qui complotent pour faire tomber le régime Ouattara. Cette accusation fut immédiatement reprise par les journaux proches du pouvoir qui annoncèrent qu'effectivement deux pasteurs étaient recherchés par le régime d'Abidjan.



Tout porte à croire que le régime Ouattara ait décidé de continuer dans sa logique de division du peuple ivoirien afin d'essayer de tenir débout ce qui reste de son pouvoir chancelant . Hier c'était Ouattara le musulman qui se plaignait d’être persécuté, aujourd'hui c'est ce même Ouattara qui criminalise les chrétiens afin de les livrer à la vindicte de ses milices armées et de ses militants. L'assassinat crapuleux du Pasteur Aristide Dja, ainsi que la destruction de certains lieux de Culte sont la preuve que le régime Ouattara veut créer une guerre de religions en Côte d'Ivoire. Une guerre de religions car Ouattara après deux ans de pouvoir n'a rien de concret à présenter comme bilan aux ivoiriens. Sur le plan politique, sa base a cessé de croire à ses mensonges, et les affrontements entre ses militants et son armée dans son fief d'Abobo sont là pour en témoigner. Sur le plan économique, les ivoiriens ne savent plus à quel saint se vouer, flambée des prix, chômage, sont des maux avec lesquels les ivoiriens ont désormais appris à cohabiter.

 

Face à cette impopularité, et surtout face à des assaillants qui harcèlent sans cesse son armée mexicaine, Ouattara joue de nouveau la carte de la division religieuse. Espérons que les ivoiriens seront assez intelligents pour ne pas se laisser de nouveau embobiner par ce vendeur d'illusions.




ACC-Côte d'Ivoire

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article