Côte d’ivoire : Quand la sagesse semble gagner le camp Ouattara, mais la langue de Molière toujours « massacrée »…

Publié le par thruthway

http://www.connectionivoirienne.net/wp-content/uploads/2013/08/srike.jpg

Konaté SIDIKI

 

"Du cendre jaillira la renaissance."Pris sur le mur de cet ex-ministre du gouvernement Ouattara ce samedi 10 Août 2013 à 17h00 gmt (avant qu'il n'efface après notre publication). Ne faites pas trop attention aux fautes de langue et au langage irrespectueux à l’endroit du Président Affi N’Guessan qui demeure tout de même une personnalité de ce pays. Ce n’est pas grave, il s’agit bien d’un ministre du camp Ouattara à l’image de la ministre de l’éducation nationale Kandia Camara.



Agence publicite Afrique

 

 

 

« Bonjour chers amis

 

Merci pour vos différentes réactions sur mon post de la Mecque.

 

Un ami, tout furieux, m’a réveillé ce matin avec des lamentations. Me dit que « Affi N’guessan se moque des victimes, il se montre en héros, il chauffe les cœurs, il chasse les gens comme des malpropres de sa maison……..! »

 

Ma réaction: « Calmes toi cher ami. C’est bien que Affi et tous les autres, libérés provisoirement, retrouvent leur domicile. Faut rendre crédible l’acte de paix et de réconciliation qui se trouve dans la décision du gouvernement.

 

Il faut même envisager de lever la saisine de leur avoir ou compte bancaire. Il faut tout montrer et démontrer que ce pouvoir est crédible et construit vraiment la paix.

 

Le peuple ivoirien dans sa diversité et dans la très grande majorité est un peuple mesuré, éduqué qui aspire réellement et sincèrement à une paix définitive après plus de 25 ans de tumultes et crises aiguës.

 

Le peuple ivoirien dans sa diversité voit tous les actes de tous les côtés. Il ne dit rien mais il voit et en parle chez lui, au maquis, au café, au travail. Le temps pour lui de parler viendra. Et il jugera juste.

 

Moi qui te parle, je n’ai pas eu la chance comme AFFI de récupérer ma résidence à la Riviera Bonoumin.

 

Pendant que j’étais enfermé au Golf, j’ai dû évacuer ma femme in extremis. Car ma résidence devait être attaquée par Les pro-Gbagbo. Et elle le fit. Pillée, détruite et incendiée, les murs se sont écroulés avec les fondements. J’ai dû tout raser. Mais je suis heureux que Affi retrouve sa résidence.

 

C’est nous qui sommes au pouvoir. C’est nous qui avons la tâche de construire le pays et la paix dans le pays. Il y’a une différence entre construire et détruire.

 

Faisons du temps que Dieu nous a donné pour exercer le pouvoir un moment de bonheur, de paix, de développement et de richesse pour les habitants de ce pays. Ne construisons pas des cimetières et des goulags. Dans quelques jours, grâce à Dieu, je vais reprendre la construction de ma maison à Bonoumin.

 

Du cendre jaillira la renaissance.

 

Inch Allah  »
TOMORROW is another day

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article