Côte d’ivoire : Sikensi : Les Forces pro-ouattara exécutent un commissaire de police. Les faits…

Publié le par thruthway

http://www.eburnienews.net/wp-content/uploads/2012/08/Un-groupe-arm%C3%A9-frappe-les-FRCI-s%E2%80%99enfuient-au-Liberia-590x300.jpg

 

 

 

NB : Nous précisons que dans cette région de la Côte d’ivoire, il n’est pas la seule victime. Les forces pro-ouattara procèdent actuellement et en toute impunité à une élimination physique de tous ceux qui sont supposés être des pro-Gbagbo…. (Pour plus d’information à ce sujet cliquez ici).

 

Voici l’article du journal « soir info »

 

Les opérations de ratissage entreprises par les éléments de Frci à la suite des attaques de Dabou, Irobo et Sikensi ont fait une victime de taille dans le village de Sahué (10 km de Sikensi sur l’autoroute du Nord).

 

Le commissaire Amani Kouadio Alain, chef de service au commissariat de Treichville-Biafra a été tué le dimanche 26 août dans l’après-midi. A Dabou, précisément au quartier Gédéon où réside sa famille, la nouvelle  est dure à avaler. Sa femme et ses enfants aussitôt appelés à Abidjan, nous ne pouvons arracher la moindre information de leur part, le portail hermétiquement fermé. Toutefois, l’entourage et surtout de nombreux amis actuellement inconsolables, nous donnent des versions assez concordantes sur les circonstances de ce drame qui endeuille, par ailleurs, la grande famille de la police nationale. Selon donc ces sources, le commissaire se rend ce dimanche 26 août dans sa plantation non loin du village de Sahué, avec des amis.

 

Après un moment passé avec ses manœuvres, il regagne le village. Avant de rejoindre Dabou, il entreprend de faire un tour au domicile de ses bienfaiteurs notamment le chef du village. Il est 15 h. Alors qu’ils se trouvent au cœur du village, ils sont accueillis par des tirs de sommation. D’ailleurs l’officier et ses amis sont très vite interpellés par des éléments de Frci qui mènent des opérations de ratissage. Selon les mêmes sources, ils sont maîtrisés et pressés de questions. Le commissaire Amani Alain qui décline son identité et sa fonction précise qu’il détient sur lui, son arme de dotation. C’est à ce moment, à en croire nos informateurs, que tout se gâte. Les éléments des Frci très excités le pressent de questions sur les raisons de sa présence dans cette localité de Sikensi, ce d’autant que les éléments des Frci y essuyaient des tirs  d’individus suspects la veille.

 

Pour eux donc, il n’y pas de doute sur l’implication de l’officier dans ces événements. Ils  auraient par la suite, conduit les deux amis du commissaire à leur véhicule. L’officier tenu en bonne garde est ensuite soumis à un traitement de choc. Malmené dans tous les sens à coups de crosse et piétinés, l’officier, après qu’il a abondamment saigné, sombre dans un profond coma duquel il ne se remettra plus jamais. D’ailleurs son décès est constaté au moment de son admission au Hma.

 

Quant aux autres amis d’infortune du commissaire, ils sont conduits à la préfecture de police où ils sont  entendus avant d’être relaxés le lundi 27 août. La nouvelle du décès du commissaire Amani se répand comme une traînée de poudre dans la ville de Dabou, ville où il a servi en tant que sous chef de service au commissariat de police de cette localité. Certains agents de la police que nous avons joints se disent très consternés par le décès de cet officier. Notons que le commissaire Amani était dans les  années 95-96, correspondant régional de Soir Info à Tiassalé où il était professeur de philosophie dans un collège privé de la place.

 

Norbert Nkaka ( A DABOU) 

Publié dans Droit de l'homme

Commenter cet article