Côte d’Ivoire, ta restauration est si proche. Encore un petit peu d’effort pour y parvenir ! ! ! !

Publié le par thruthway

 

http://lacotedivoiredebout.ivoire-blog.com/media/02/01/465202491.gif

 

 

 

Les populations ivoiriennes n’ont pas encore fini de souffrir de la guerre fratricide déclenchée en septembre 2002 par la bande armée de M. Alassane Dramane Ouattara et des bombardements meurtriers des forces onusiennes et françaises stationnées sur le territoire ivoirien, qui ont abouti à l’installation au pouvoir de ce dernier le 11 avril 2011. Plus de un an et demi après l’arrivée au pouvoir de M. Ouattara, voilà encore des bruits de bottes qui se font entendre dans le pays. Toute chose portant à croire que l'exercice du pouvoir d'Etat par la terreur après sa conquête dans le sang n'aurait pas suffi à imposer Ouattara aux ivoiriens.

 

De plus en plus, le peuple ivoirien opprimé et martyrisé donne de la voix. Il affirme désormais son refus de soumission à la dictature de Ouattara. Certains Ivoiriens vont jusqu’à s’opposer à lui à travers l’usage d’armes à feu, comme pour démontrer qu’il n’est pas le seul à pouvoir s’en servir.

 

Dès lors, sans autre forme de procès, le parti au "pouvoir" (RDR), dans l’incapacité d’identifier ses bourreaux,  ne cesse de trouver des bouc-émissaires du côté de l’ancien parti au pouvoir. Une traque sans pareille est lancée dans tout le pays et tous ceux qui ne sont pas favorables au régime Ouattara sont enlevés, torturés, emprisonnés avant d’être mis à mort. Le climat sociopolitique actuel est désastreux, nous assistons à une chienlit généralisée, au saccage de sièges de partis politiques et de journaux de l’opposition, au musellement de la presse, à des arrestations extra-judiciaires et des exécutions sommaires, etc. Tout y passe, sous les regards complices des forces étrangères de l’ONUCI et de l’opération LICORNE installées en Côte d’Ivoire. Alassane semble avoir décrété la mise à mort de  tout ivoirien insoumis. Ce, pour sa gloire.

 

Martyrisé, le peuple ivoirien gardant fermement l’espoir d’une justice divine s’interroge : Où  est notre Dieu ? Pourquoi tarde-t-il tant à agir?

 

A cette étape terrible de l’histoire douloureuse de la Côte d’Ivoire, l’espoir de la restauration de notre jeune nation doit davantage prospérer. La certitude de notre liberté très prochaine doit réjouir notre cœur et nous déterminer à continuer de résister. Notre victoire sur ces ennemis tyranniques et titanesques sera imméritée et soudaine, afin que la Gloire revienne à Dieu et Dieu seul.

 

Comme la reine Esther, Mardochée et les juifs sous le roi Assuérus, contre qui Haman avait suscité un édit (loi) en vue de les exterminer, le temps vient, et il n’est plus loin pour qu’un édit divin contraire soit pris pour appeler chacun à se défendre. En ce temps-là, comme Haman qui fut pendu lui-même à la potence préparée par ses mains pour pendre Mardochée, Dramane Ouattara  et sa bande armée tribale par leur barbarie moissonneront ce qu’ils ont semé et la Côte d’Ivoire fêtera sa délivrance. Pourvu que le peuple ivoirien se souvienne que trois jours de prière et de repentance à la face de l’Eternel ont précédé le renversement de la donne en faveur des juifs.

 

Ivoirien, le temps n’est donc pas aux pleurs mais plutôt à la repentance sincère pour te sortir de la domination spirituelle des esprits dont Dramane Ouattara et sa bande ne sont que de simples agents d’exécution. Libère toi spirituellement par la repentance, des engagements qui ont été pris par nos devanciers et par nous-mêmes. Des engagements qui nous ont placés sous le joug spirituel de l’ennemi. Tu verras ensuite si ton Dieu n’est pas capable de te libérer physiquement, de renverser la situation à ton profit.

 

Cette repentance consistera à reconnaitre devant l’Eternel nos inconduites, à y renoncer puis solliciter son pardon. Après quoi, s’engager fermement à se conduire tel que l’Eternel le désire dans la nouvelle Côte d’Ivoire avant de solliciter enfin sa grâce pour enlever l’opprobre du dessus de nous et de notre nation. La démarche sera donc la suivante :

Reconnaître ses fautes, ses péchés ;

Demander pardon à l’Eternel pour toutes nos iniquités et nos transgressions ;

Renoncer à tous nos engagements, physiques et spirituels, directs ou indirects ;

Demander la Grace et le Secours de Dieu par la manifestation de l’œuvre de la croix.

 

Elle nous donnera de nous rapprocher davantage de notre Dieu pour qu’il nous réponde enfin.  Car, comme l’indique la Bible en Esaïe 59-1 : « la main de l’Eternel n’est pas trop courte pour sauver, Ni son oreille trop dure pour entendre. Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu ; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l’empêchent de vous écouter». Mieux, l’apôtre Matthieu dit en Matthieu 7-6 : « Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent ».

 

Tout semble clair désormais. Mais, j'en sens qui se pose la question : De quoi devons-nous nous repentir ?

 

Des politiques aux religieux, sans oublier les soldats et la jeunesse, pour ne parler que de ces entités, nous avons tous péché. Il me plairait de donner quelques esquisses de sujets afin d’encourager chacun à s’humilier devant Dieu.


Aux autorités politiques :

Les engagements pris par  feu le Président Félix H. Boigny avec le Moro Naba qui donnent aux Burkinabés un droit sur des sols cultivables en Côte d’Ivoire ;

Les engagements pris par feu le Président Félix H. Boigny avec les mystiques du nord en vue d'asseoir son pouvoir. Ce qui fait obligation à toute personne voulant consolider le sien à la tête de l'Etat ivoirien, de renouveler ladite alliance bon gré mal gré ;

Le pacte d’octroi de l’indépendance et les accords de défense avec le colon français, qui lui donnaient plein droit de décision dans les affaires ivoiriennes et de jouissance des richesses du pays;

Les accords de Linas-Marcoussis et de Ouagadougou ainsi que tous les autres accords qui ont piétinés notre Constitution et vendu le pays à la Communauté Internationale qui a désormais le droit de faire comme bon lui semble en Côte d’Ivoire ;

L'impunité accordée à la rébellion dont les cadres ont connu des promotions fulgurantes pour avoir tué d'innocentes personnes;

L’alliance FPI-RDR (Front Républicain) qui donne au RDR le sentiment d'avoir été trahi par un allié de qui, il a juré de se venger;

Les pratiques occultes (fétichisme, maraboutage, mysticisme) ;

La dissolution des mœurs (adultère, fornication) ;

L’avidité et la cupidité  qui ont favorisé l’entrée des déchets toxiques et l’avènement des maisons de placement d’argent. Le politique a laissé le peuple à l’abandon au lieu de veiller sur ses intérêts ;

 

Aux autorités religieuses :


Elles ont laissé leur vocation première qui était de conduire le peuple et les autorités politiques dans la volonté de Dieu. La Maison de Dieu est devenue une maison de commerce, de placement d’argent et non un lieu où le peuple apprend à connaitre qui est Jésus et ce qu’il attend de chacun de nous. (1Tim6v4-12 ; Matt6V33 ; Matt 21v12-13) ;

Elles n’ont pas joué le rôle de sentinelle du peuple en vue de prévenir et le protéger des dangers ;

La pratique de l’adultère et de la fornication, eux qui devaient être des modèles (Gal 5v16-25) ;

L’occultisme, le mysticisme, le fétichisme, c’est-à-dire l’adultère spirituelle au sein de l’Eglise ;

Le service de la veuve et de l’orphelin a été abandonné (Esaïe 1v17 et 23) ;

 

Aux soldats :


Ils ont cessé d’être des défenseurs de la veuve et de l’orphelin pour devenir des mercenaires (qui font tout pour de l’argent et non par vocation), d’où le phénomène de racket et de fraude institutionnalisée ;

Les pratiques occultes (protections mystiques et fétichistes)

La vie dissolue (adultère, fornication, ivrognerie) ;

 

A la jeunesse et au reste de la population


Nous revendiquons le fait d’être un peuple béni de Dieu alors que  nous le prenons  comme un fétiche ne cherchant pas à savoir notre rôle et ce qu’il attend de nous ;

Nos cœurs se sont attachés au gain facile d’où la prostitution physique comme spirituelle ;

Nos enfants sont livrés à la débauche et à la violence par notre démission collective ;

La solidarité vis-à-vis des défavorisés nous a quittés et l’égoïsme a pris le pas ;

Ivoirien, Dieu te fait grâce d’une nouvelle Côte d’ivoire. L’Eternel dans sa grande miséricorde, a tendu la main pour enlever l’opprobre du dessus de ta tête. Humilie-toi, reconnais ta culpabilité devant l’Eternel et observe si ton Dieu n’est pas glorieux et puissant pour te délivrer.

 


       Que Dieu nous bénisse ! ! !

                                                                               Fait le 23-08-2012

                                                                  Le Ministre Charles Rodel Dosso

 

Publié dans contribution

Commenter cet article

yasser radwan 28/08/2012 04:04


Toi qui usurpes l'identité du ministre charles dosso, sache que ton cas peut etre traité à l'hopital psychiatrique de Bingerville. rends-toi là _bas on va te prendre en charge gratuitement.