Côte d'Ivoire: Voici ce que le camp Ouattara prépare demain

Publié le par thruthway

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQSzovcUh6nC4lfJh2I8aiRZJ8GZgXKy99YypTKxEJZgODq4ignOASelon l'annonce faite par le porte parole du RHDP (le Rassemblement des Houpouetistes pour la Démocratie et la Paix), coalition politique proche d'Alassane Ouattara, et le porte parole du Gouvernement Ouattara, les partisants de Alasane Ouattara marcheront le jeudi avec le premier ministre SORO pour aller installer le nouveau DG de la télévision et de la radio nationales nommé par Alasane lui-même au vue d'avoir le contrôle sur les médias d'Etat.

Une marche qu'ils annoncent pacifique.

Mais vue les dispositions sécuritaires prises par le président Gbagbo laurent sur place, on se demande bien comment cela pourrait être possible. L'armée nationale a tout quadrillé. Un important dispositif sécuritaire a été déployé autour du siège de la RTI (Radio Télévision Ivoirienne), de la présidence et des points sensibles de la ville d'Abidjan.

Selon les informations que nous avons pu recueillir auprès de ses militants eux-mêmes, le scénario qui se prépare est loin d'être pacifique. Voici en réalité ce que le camp Ouattara prépare:

1) Faire de la ville d'Abidjan une ville morte demain. Personne ne doit aller au travail, personne ne doit faire marché ni se rendre à l'école demain. Tout le monde à la maison, Alasane pourra dire ainsi que son mot d'ordre a été suivi.

Mais Comment va-t-il s'y prendre?

  • Inviter les transporteurs acquis à sa cause à ne pas rouler demain. Ceux-ci en effet ont été contactés et ont reçu de l'argent pour combler les éventuelles pertes en recette.
  • Empêcher les bus destinés au transport publique de rouler ainsi que les autres moyens de transport privés en brûlant des pneus sur les voies publiques, en attaquant à coup de pierre les véhicules de transport qui voudraient rouler.

2) Faire des manifestations éclatées dans les différentes communes d'Abidjan sous forme de guérilla urbaine. Les forces de l'ordre seront ainsi débordées et dispersées.

3) Provoquer les forces de l'ordre pour les amener à commettre des bavures. Les médias internationaux acquis à la cause d'Alassane, pourront utiliser les images pour salir au maximum l'image de Gbagbo dans le but de l'isoler encore plus et faciliter son reversement. Les sanctions brandies par l'UE à la veille de cette marche ont pour but d'affaiblir la détermination des soldats. Ceux-ci dans la crainte d'une sanction internationale pourront laisser faire ou se retourner contre Gbagbo. C'est aussi la raison pour laquelle Gbagbo et son épouse n'ont pas été sanctionnés. Le message de cette attitude de l'Union Européenne est très clair: "Ne sacrifiez pas votre avenir et vos biens pour quelqu'un qui a tout et qui n'est pas sanctionné. Eux (Gbagbo et sa femme), ils auront la chance de voyager et de conserver leurs biens, alors que vous et vous seuls serez sanctionnés. Alors abandonnez-le."

4) Si ce message réussit à passer, les rebelles stationnés à Abidjan et qui assurent la garde rapprochée de Alassane pourront facilement rentrer en scène et renverser Gbagbo. Dans le cas contraire, il y a trois possibilités qui s'offrent à Alassane.

- Amener ses militants à se faire tuer, ramasser les corps pour les entasser et accuser après Gbagbo de génocidaire.

Un alibi qu'attend le CPI pour rentrer en scène et condamner Gbagbo et le fragiliser encore plus.

- A défaut, les rebelles se déguisent en force loyaliste en portant leur tenue, tirent sur les manifestants pour mettre la faute sur l'armée nationale et faire accuser Gbagbo.

-Le dernier scénario, c'est de se déguiser, attaquer les intérêts français ainsi que la vie de certains français pour amener l'armée française stationée en Côte d'Ivoire à agir et renverser Gbagbo.

 

L'inconnu de cette stratégie, c'est la stratégie du camp d'en face.

Demain nous situera.

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article