Côte d’ivoire : Voici pourquoi le Fpi était absent à la rencontre organisée d’Hamed Bakayoko

Publié le par thruthway

http://koaci.com/photo_art/mini1/hamed-bakayoko-fpi-15-oct-2011.JPG

 

 

C’est l’absence du Fpi qui a été retenue, jeudi dernier, à la séance de travail qui a réuni le gouvernement Ouattara et certains partis de l’opposition à la primature. Le pouvoir l’a voulu ainsi par le biais de Hamed Bakayoko, ministre de l’intérieur de Ouattara. Juste pour diaboliser le Fpi (Front populaire ivoirien), le parti politique fondé par le président Laurent Gbagbo. Mais là encore, le camp Ouattara a échoué.

 

D’abord le Fpi, selon les dirigeants, n’est pas membre de cadre permanent mis en place au terme du conclave de grand Bassam qui a eu lieu les 27 et 28 Avril 2012. De plus, c’est le jeudi en fin de matinée que, par courrier, Hamed Bakayoko a invité les responsables du Fpi à cette rencontre prévue le à 15h. C’est pourquoi par courrier datant de ce même jeudi, le Fpi a répondu au ministre au ministre de l’intérieur assurant l’intérim du premier ministre du gouvernement Ouattara, Jeannot Ahoussou Kouadio, ce qui suit : « Tout en vous remerciant pour cette marque de sympathie et de considération, nous ne pouvons nous empêcher de vous exprimer notre surprise relativement à cette invitation dans la mesure où nous ne sommes pas membre dudit cadre, conformément à notre statut d’observateur lors du conclave de Grand Bassam. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons demandé et obtenu de Monsieur le premier ministre, ministre de la justice, garde des sceaux, un rendez-vous fixé au 13 juillet 2012 ». La lettre est signée du président du Fpi, Sylvain Miaka Oureto et par le professeur Sébasten Dano Djédjé, secrétaire général adjoint chargé des élections, de la Réconciliation, de la gestion des conflits et de la cohésion sociale.

 

Ainsi donc, contrairement aux méchancetés distillées vendredi dernier par certaines officines de manipulation proches du régime Ouattara, le Fpi n’a pas boycotté le « dialogue républicain ». Quand bien même, il était présent aux assises de Grand Bassam pour montrer son ouverture au dialogue qu’il a toujours appelé de tous ses vœux, le Fpi s’est donné d’observateur. Les conclusions de ces deux jours de travail ont été paraphées par les participants à l’exception du parti dirigé par Miaka Oureto qui a plutôt appelé à un dialogue direct avec le pouvoir. Ce dialogue a déjà commencé entre les responsables du Fpi et le premier ministre du gouvernement Ouattara. Il sera à son troisième round le 13 juillet prochain.

 

Pourquoi alors que ce rendez-vous est pendant, Hamed Bakayoko a-t-il voulu court-circuité son premier ministre, le chef du gouvernement, en voyage aux Etats Unis en emballant le Fpi dans un autre schéma ?

 

« Le Fpi reste ouvert à un dialogue républicain honnête, sérieux e crédible pour aller à la réconciliation vraie, mais refuse de s’inscrire dans un schéma flous et aux objectifs inavoués », nous a confié avant-hier M. Laurent Akoun, secrétaire général et porte parole du parti.

 

Source: Notre voie

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article