CPI : Les USA ne laissent aucun choix au camp Ouattara : «Les criminels de votre camp doivent être traduits devant la CPI »

Publié le par thruthway

http://www.eburnienews.net/wp-content/uploads/2012/01/civ_guillaume_soro_1_0-300x224.jpg

 

 

 

Lu pour vous dans le journal « L’inter » de ce jour

 

La Cour pénale internationale (Cpi) n'entend pas se dessaisir du dossier ivoirien sans faire incursion dans le camp Ouattara. Après l'ex-chef de l'Etat Laurent Gbagbo qu'elle a pris dans la nasse, elle compte bien mettre le grappin sur des pro-Ouattara supposés avoir commis des crimes relevant de ses compétences durant la crise post-électorale. Elle a remis la question sur la table mardi 2 Octobre dernier à l'occasion de l'audience que le Premier ministre, Jeannot Ahoussou Kouadio, a accordée à Stephen Rapp, ambassadeur itinérant des USA en charge des crimes de guerre, et membre du Bureau de la Cpi. Au sortir de la rencontre, rapporte le site d'information koaci, le diplomate américain a indiqué que cette juridiction internationale va enquêter sur les crimes commis par des éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (Frci) durant les violences post-électorales de mars-avril 2011. Selon l'émissaire d'Hillary Clinton, la Cpi entend ouvrir ces enquêtes sur les crimes qu'aurait commis le camp Ouattara, par souci d'établir une justice équitable. «Nous avons exprimé la volonté du gouvernement des Etats-Unis d'aider la Côte d'Ivoire dans son système judiciaire avec ces enquêtes», a déclaré Stephen Rapp, qui était accompagné du Haut conseiller à la politique étrangère des Etats-Unis, Rachel Gol Brenner.

 

L'information tombe près d'une semaine après que le gouvernement ivoirien eut décidé de ratifier le traité de Rome instituant la Cpi et cela en faisant réviser la constitution. Est-ce pour ouvrir la voie aux investigations annoncées mardi dernier par Stephen Rapp, que les autorités ivoiriennes envisagent de ratifier le traité sur la Cpi ? La coïncidence est pour le moins troublante.

 

Par ailleurs, le diplomate américain a évoqué avec le Premier ministre des questions aussi importantes que celles de la réconciliation et la paix. «Nous avons parlé des questions techniques pour achever la réconciliation et la paix dans le pays», a-t-il ajouté. Notons que pendant l'audience, le Premier ministre était assisté de la ministre déléguée à la Justice, Mato Loma Cissé.

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article