Crimes depuis 2002 : Les images des atrocités du camp Ouattara et la liste nominative des gendarmes tués a Bouaké.

Publié le par thruthway

gendarme-egorge.PNG

Semptembre 2002, un gendarme ivoirien égorgé

       par les rebelles de Soro guillaume.

 

 

 

 

Article proposé par le Groupe ACC

 

 

 

La Cour pénale internationale a enfin décidé d’étendre ses enquêtes sur les événements de septembre 2002. Période qu’Alassane Ouattara et ses hommes ont toujours  exigé l’exclusion de la démarche de la juridiction internationale. Malheureusement, pour eux, ils viennent d’être rattrapés par l’histoire. Les massacres et crimes de guerre  dont ils  se sont  rendus coupables étant tellement atroces, ils ne sont pas sûrs d’échapper aux poursuites de la Cour pénale internationale (Voir les images ci-dessous, des atrocités commises par la rébellion pro-ouattara du nord de la Côte d’ivoire, dont le chef de fil était Soro Kigbafori Guillaume, l’actuel premier ministre du régime Ouattara. Cela s’est passé entre 2002 et 2003, période au cours de laquelle ces rebelles financés par Alassane Ouattara ont tué des milliers d’ivoiriens appartenant à l’ethnie « wê » soupçonnée d’être proche du Président Laurent Gbagbo. Ce sont des civils non armés qui ont été assassinés de sang froid et jetés dans des puits, dans des rivières, comme le montrent ces images).

 

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.PNG

Des corps jetés des "wê" dans un puits

 

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.2.PNG

Femme "wê" violée et brûlée vive

 

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.3.PNG

 

Méthode de torture des forces pro-ouattara… regardez ce pied, une partie arrachée

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.4.PNG

 

Un corps abandonné en putréfaction dans un village « wê » dévasté par les rebelles de Soro Guillaume

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.5.PNG

Tué et laissé aux animaux

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.6.PNG

Des corps dans une rivière. Ces femmes et enfants ont eu le malheur de rencontrer ces rebelles

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.7.PNG

Son malheur, être pro-Gbagbo

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.9.PNG

Femmes et enfants brûlés vifs par les hommes de Soro Guillaume

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.10.PNG

Un homme enterré vivant... 

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.11.PNG

Des ossements humains appartenant à l'ethnie "wê"

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.12.PNG

Un homme tué et jeté dans une rivière

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.13.PNG

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.14.PNG

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.15.PNG

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.17.PNG

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.18.PNG

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.19.PNG

crimes-des-rebelles-pro-ouattara-ouest-cotedivoire.20.PNG

Sans commentaire. Ces images parlent d'elles-mêmes.. Parce que soupçonnés pro-Gbagbo...

 

 

 

Ces crimes remontent au 19 septembre 2002, date du déclenchement de la folie meurtrière sur Abidjan et le reste du pays. Après la capitale économique, la ville de Bouaké est l’une des premières villes de l’intérieur à vivre  les tueries massives. En effet, c’est le 20 octobre 2002 que l’Etat major de la 3e légion de gendarmerie de cette  ville est attaqué par les rebelles du Mpci. Faisant un blessé grave de chaque côté. Le lendemain un drapeau blanc est hissé sur la caserne de la gendarmerie en signe de reddition. Le  dimanche 6 novembre,  ne tenant pas compte de ce signe, les rebelles de Guillaume Soro donnent volontairement la mort à des gens qui étaient pourtant désarmés et qui ne participaient à aucun combat.

 

 

Ce jour, il est 13 heures quand après des combats contre les loyalistes, les rebelle rentrent dans la caserne des gendarmes puis procèdent à des arrestations. Plus de 131 personnes parmi lesquels 80 gendarmes, 70 enfants et autres membres de leurs familles sont interpellés.  A 19 heures, malgré les supplications des enfants « ne nous tuez pas, nous ne sommes pas des gendarmes », les rebelles passent aux armes les détenus. Le sergent Kouassi Jean Marie et son épouse, rattrapés en ville sont froidement égorgés par les mêmes rebelles. D’autres soldats inoffensifs, parce que non amés vont être abattus dans d’autres localités du pays. C’est le cas du sergent N’goran Edwige, tuée à Abidjan, du sergent-chef Kouadio Kan et de Kimon Abé exécutés le 13 octobre de la même année à Daloa. Quant aux officiers supérieurs de la police, Koné Mahiri Evariste, Kena Bi Tra, Koffi Boitenin et Sep Kiriné, ils seront abattus le 8 mars 2003 à Duékoué par les hommes de Soro. 

 

 

VOICI LISTE NOMINATIVE DES GENDARMES TUÉS A BOUAKÉ DANS LA PRISON DU

3è BATAILLON



Tués les 6, 7, 8/10/2002



Lt/Cl DJAMA Ibo Pierre……...Em .3 légion……..Cdt 3è légion

                                            
A/C KOLEA Zadi Blaise……....Em3 légion…….chef atelier auto


A/C ANGATE Alla……………...Em 3 légion…….chef armement


Adjt/C GOSSE Coulibaly……..Em gie bké……….Adjt cdt Cie


Adjt N’DRI Konan……………. .Em 3 légion……chef bureau inst


Mdl/C KAFOUNBA Kéïta…..... Em 3 légion……..chef svce social


Mdl/C KAPIE Koné………….... Em 3 légion….. B courrier 3è legion


Mdl/C TOGO G. Michel…….... Em 3 légion….....svce santé


Mdl/C OUATTARA Kégbéniaré….Em 3 légion….....Armurier


Mdl/C GOHOU Mobohin…….. Em 3 légion……. Chef station radio


Mdl/C POHI Sénayé…………….bde route bké…..hom de rang


Mdl/C KANHOU Bi Bénié …….Bde rche bké…...hom de rang


Mdl/C ACHI Audy…………………Bde rche bké……..hom de rang


Mdl/C OKOU Gbalé………………Bde rche bké………hom de rang


Mdl/C N’CHO N’guessan……….Bde ville bké………hom de rang


Mdl/C OUSSOU Tano……………Em gie bké………..hom de rang


Mdl/C KONAN Yao N……………Em.3 légion……….chef atélier moto


Mdl/C DJACTHI Dali………………Bde ville bké ………hom de rang


Mdl/C ADOU Koffi………………..Bde ville bké……….hom de rang


Mdl/C ASSANDE Aman ………..Em.3 légion………opérateur radio


Mdl/C LIKPE Babo……………….. Bde rche bké ……….hom de rang


Mdl/C SOUMAHORO Lou…….. Bde ville bké……….hom de rang


Mdl/C OKOI Jérôme……………. Bde ville bké……….hom de rang


Mdl/C COULIBALY Namala……..Em.3 légion……….. hom de rang


Mdl/C MANZAN Kouao……………Em. 3 légion ……..opérateur fil


Mdl/C GNADJI Adé Camille……......Em.3 légion………… chef foyer


Mdl/C GBORO Gnakpi Hervé…….....Em.3 légion……..… pool dactylo


Mdl/C ONAGNE Alain…………….......Em.3 légion……svce casernement


Mdl/C BLE Séry Louis……………….…Em.3 légion………gérant foyer


Mdl/C N’GUETTIA Kouma …………..Em.3 légion…………Svce informatique


Mdl/C NENE Goua Galla……………...Em.3 légion…………hom de rang


Mdl/C BILE Nogbou…………………...Em.3 légion…………Bureau de sport


Mdl/C KOUAKOU Jean Louis………..Em.3 légion…………chauffeur


MMdl/C DIA Bi Kouassi……………...bde ville bké…………hom de rang


Mdl/C ESO Esmel Louis………………Em.3 légion…………hom de rang


Mdl/C ESO Kouamé Faustin…….….Em.3 légion…………hom de rang



Tués le 09/10/2002



A/C YAPO Adiko…………………...Em.3 légion…………chef casernement


A/C BAHA bonfils………………..…bké rche……………….CB


A/C DOSSO Messolo……………..Em Cie Bké………………élément


Adjt SERY Soglo Nestor………... Em Cie Bké……………b.personnel


Adjt OBO Boni…………………... ..Em Cie Bké……………B.O.E


Adt DOUA Gbongué………….......Bké rche………………….cb adjoint


Adjt KOUIKADO Jean……………..Em 3è légion…………..atelier auto


Adjt BROU Koffi Raymond……….Bde bké ville……………cb adjoint


Mdl/C CISSE ………………………..bde bké ville…………….cb adjoint


Mdl/C GOHORE Bi Zoro………...em 3è légion…….….homme de rang


Tués le 14/11/2002


Adjt VLEI………………………………..em 3è légion……………..brh


Mdl KOUE Bi Zanli…………………..bké rche…………….hom de rang



Tué fin Septembre 2002 en pleine ville



Mdl/C SOMBO Mambo………………..bké rche………….hom de rang

 

 

 

Avec les différentes tentatives de négociations, l’on croit à la fin des tueries. Hélas, c’est en ce moment que la rébellion va commencer à manger ses propres enfants. Dans la guéguerre qui oppose Guillaume Soro à Ibrahima Coulibaly, dit IB, certains rebelles y laissent leur peau. Les plus connus sont Adams et Kass, assassinés alors qu’ils n’étaient pas au combat.

 

 

Dans la même veine, plus de 75 personnes meurent étouffées dans un airless, un conteneur d’expédition, à Korhogo. Selon le témoignage de Berger Amadou, un rescapé de ce massacre, les pro-Soro ont pompé à l’intérieur du conteneur  du gaz lacrymogène. La crise postélectorale avec son cortège de tueries massives perpétrées par les mêmes pro-Ouattara, vient aggraver la situation.

 

 

A cause de leur non-respect de la valeur humaine, la nuit du mardi 29 au mercredi 30 mars 2011 va être un véritable cauchemar pour les habitants de Duékoué-carrefour. Dans leur volonté d’opérer une épuration ethnique, les soldats des Frci, puissamment armés encerclent ledit quartier et procèdent à une fouille systématique des maisons dont les occupants, profondément endormis, sont froidement assassinés les uns après les autres. Bilan, 867 morts, selon le Cicr.  Mais, le décompte final fait état de 1200 morts quand on y ajoute tous ceux qui, dans leurs fuites, ont été rattrapés et abattus par les soldats en question. A ces massacres, il faut ajouter ceux perpétrés à Adebem, un village du département de Sassandra. Les tueurs à gage y ont fait plus de 200 morts. Ce sont ces faits aussi flagrants qui font trembler les pro-Ouattara au moment où la Cpi annonce son retour en Côte d’Ivoire.

 

 

 

Source : Autres presses

Publié dans Droit de l'homme

Commenter cet article

francis olivier gauze 26/04/2015 12:58

c'est atroce de voire tout et on nous demande est ce que dans un pays il y a une foie eu la jistice des vaincu?

Senateur Bob 17/02/2015 23:46

On parle de paix, de réconciliation et de cohésion sociale, vous continuez de publier ce genre d'images à quel fin ? Croyez vous sincèrement que si chacun veut en publier, nous sortirons de cette situation de guéguerre ? Moi je suis de Yopougon et les images des personnes victimes de la fameuse article 125, j'en à plein. Arrêtons d'envenimer les choses et tournons nous résolument vers la recherche de la paix et du pardon

francis olivier gauze 26/04/2015 13:01

mais s'est graaaave de tenir de tel propos mon frère

ouattara bedié 27/02/2012 17:24


je connais votre siège, nous irons mettre le feu. merci de ne pas appeler les FRCI sinon s'est eux qui aiderons a mettre le feu. et s'est les enfants de Soro et Ouattara. bande de voleurs