Décès de Zadi Zaourou : LE TRÉSOR VIVANT S’EST ÉTEINT

Publié le par thruthway

http://ivoirtv.net/media/k2/items/cache/78c73de509ac7bb8f428619b0f83b249_L.jpg

 

 

 

 

 

L’homme que la Côte d’Ivoire a célébré en octobre 2009 au Palais de la culture par l’entremise de l’association Awalet Art et Culture n’est plus.  Le Maître du Didiga s’est éteint ce mardi 20 mars à la polyclinique Sainte Anne Marie d’Abidjan (Pisam) à la suite d’une longue maladie.


Les Ivoiriens savaient ces temps-ci le maître mal en point mais personne n’a imaginé qu’il aurait choisi ce 20 mars marquant la Journée internationale de la francophonie pour s’en aller. Sacré maître qui n’a pas voulu partir inaperçu. Cependant, les Ivoiriens n’entendront plus jamais le son de l’arc musical ou le « dodo », l’instrument de musique préféré du Professeur Bottey Zadi Zaourou.


«Un trésor vivant», c’est en ces termes que Mme Hortense Zagbayou Bekouan, présidente de l’association Akwaba Art et Culture a qualifié le maître du Didiga. La Côte d’Ivoire pour de nombreux intellectuels pouvait se « vanter d’avoir dans son rang Zadi Zaourou ».


L’on se souvient encore de l’exposition photos de l’homme intitulée « Bottey Zadi Zaourou en ses terres » qui a permis au public de revisiter le ministre, l’écrivain, le poète, l’essayiste, le dramaturge ; en somme l’homme de culture.  Et surtout l’homme pluridimensionnel qu’est Zadi qui a consacré sa thèse de 3ème cycle en 1974 à Aimé Césaire.

Né en 1938 à Soubré, Bernard Zadi Zaourou est docteur d'Etat ès Lettres de l'Université de Strasbourg. Il a été maître de conférences à l'Université d'Abidjan et a créé par ailleurs la compagnie théâtrale Didiga en 1980



CHEICKNA D. Salif

Publié dans Necrologie

Commenter cet article