Déclaration du FPI-Canada suite à la barbarie du Rdr à Yopougon

Publié le par thruthway

logo-fpi.2

 

 

Les gouvernants RDR n’ont pas l’onction du peuple sinon pourquoi faire autant de violence gratuite lors d’une manifestation pacifique ?

 

Ce qui vient de se passer à Yopougon le samedi 21 janvier interpelle plus d’un démocrate ivoirien. On ne peut pas casser un parti politique fortement implanté par le simple fait de la violence. On ne peut non plus recréer l’esprit du parti unique tribal lorsque les ivoiriens ont appris à jouir d’une certaine liberté de penser et de se concerter. La liberté, comme nous l’avons lue quelque part, est le droit de faire tout ce que les lois permettent; et si un citoyen pouvait faire ce qu’elles défendent, il n’aurait plus de liberté, parce que les autres auraient tout de même ce pouvoir. Selon nous, les lois de la société ivoirienne n’interdisent ni le droit de se réunir ni celui de se concerter. Alors pourquoi autant de violence gratuite dans une supposée démocratie ? Pourquoi armer une milice de grenades lacrymogènes et d’armes pour casser une manifestation pacifique dument planifiée et autorisée ? Nous avons une fois de plus, la preuve que DAO et le RDR n’ont pas reçu l’onction du peuple et veulent régner par la terreur, gouverner sans un véritable parti d’opposition et par conséquent, annihiler le débat politique qui pourrait faire avancer le pays dans le bon sens.

 

Il est regrettable de constater que l’on ait pu faire croire au monde entier qu’un« dictateur »   ait été  chassé  du pouvoir pour que le nouveau pouvoir installé puisse enfin anéantir tout mouvement de libre expression dans le pays. C’est avec indignation que nous constatons les dérives et les actions contraires au principe élémentaire dans toute démocratie qu’est  le droit de se réunir. On ne vient pas au pouvoir pour semer la terreur sur les populations à moins d’avoir aucune base légitime si ce n’est en apparence. On ne peut gouverner un pays composée de quatre grands groupes ethniques (Akan, Krou, Mandé et Gour) en privilégiant un sur une base tribale et en mettant à la rue des fonctionnaires expérimentés des autres groupes ethniques. Aucun pouvoir, même soutenu par la communauté internationale, ne saurait s’octroyer tous les droits même celui d’ôter la vie. Les rebelles, les miliciens de DAO ont tué, violé et assassiné d’innocents ivoiriens depuis 2002 et cela ne pourrait continuer indéfiniment.   C’est pour cela que la représentation du FPI au Canada se lève contre des pratiques inhumaines, barbares et soutient le comité d’organisation de la rentrée politique du FPI et condamne avec véhémence le manque de vision et d’esprit du vivre ensemble du gouvernement sanguinaire,

 

Nous  rappelons au pouvoir actuel que les membres du front populaire ivoirien ne veulent pas faire ce qu’ils peuvent (le désordre et la violence). Loin de là, mais faire ce qui est permis soit le droit de se réunir dans la légalité et le respect de nos institutions. Ne nous trompons pas, personne n’a le monopole de la violence- tout est vanité sur cette terre et que le règne permanent n’appartient qu’à Dieu. Gloire soit rendu a son nom.

 

Enfin, nous nous inclinons devant la dépouille du camarade Apieni Innocent, tué  par une balle assassine des miliciens de Alassane Dramane Ouattara. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux camarades victimes de la barbarie grossière des miliciens de DAO  et encourageons les militants du FPI de continuer la lutte  dans la sérénité  afin de vaincre la peur et aller  jusqu’au bout. Le constat final est que DAO et ses rebelles ont eu la frousse devant une si grande mobilisation du FPI que certains mauvais esprits pensaient mort. Nous retiendrons que la mobilisation, même empêchée, est un pari gagné. Merci a tous ces frères et  sœurs du combat qui croient encore que notre victoire est proche et qui ne désarment pas. Que Dieu nous aide !

 

Fait à Ottawa ce lundi 23 janvier 2012

Victor Y. Djiezion pour la representation du FPI au Canada

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article

K

Merci pour tout ce soutien qui nous permet de croire encore à un dénouement heureux du combat du président GBAGBO que je salue vivement. BRAVO FPI, BRAVO MON AFRIQUE.


 
Répondre
K
Merci victor pour ce soutien. Ce qui est sur c'est que nous ne sommes point découragés par ce monstre de dramane et son pouvoir sanguinaire.Car on ira jusqu'au bout.Il y a rein en face, c'est maïs.
Répondre