DES ARMES LOURDES DECOUVERTS AU PORT D’ABIDJAN

Publié le par thruthway

  http://infoscotedivoire.net/fr/images/0.jpg

 

2 hélicoptères en pièces détachées, des Douze 7 et des A 52 saisis, hier


Le feuilleton d’armes découvertes au port autonome d’Abidjan, au mois de décembre 2010 continue de livrer ses épisodes. Hier mercredi, un important autre lot d’artillerie lourde a été découvert.

 

    La plate-forme portuaire du Port d’Abidjan, notamment au quai 20 était en ébullition, hier dans l’après-midi. La raison : une nouvelle découverte d’armes lourdes, après celle du 9 décembre 2010 sur le bateau « MN Éclipse » battant pavillon français qui a accosté avec 56 conteneurs sans une déclaration douanière.


Les conteners supposés contenir des vivres ne sont en réalité qu’une grande cargaison d’armes dissimulées. Ce sont 2 hélicoptères en pièces détachées, des Douze 7 et des A 52 et des munitions en quantités impressionnantes qui ont été découverts et saisis dans les 54 autres conteneurs sensés contenir des marchandises destinées à la Licorne.


« Le bateau MN Éclipse a arraisonné au Port d’Abidjan, en décembre 2010 en débarquant son contenu. Or ce navire qui a l’habitude de venir en Côte d’Ivoire, avec pour mission de ravitailler en aliments les troupes françaises, par le comportement de l’équipage a attiré l’attention des agents des douanes et des éléments de la gendarmerie du Port, lors du dépotage des conteneurs. Des munitions et des armes ont été saisies ce jour-là dans 2 conteneurs », confient les sources portuaires.


«Entre temps, les responsables du bateau ont alerté les autorités militaires de la force Licorne qui se sont présentées comme les destinataires des colis saisis avec une autorisation du ministère de la Défense de la République de Côte d’Ivoire. Ce qui s’était avéré une fausse information.


Dès lors, cette force militaire, par des moyens et voies peu orthodoxes tenteront de les récupérer en faisant mêmes des descentes à la direction générales des douanes, en vain », notent toujours ces sources.


     C’est ainsi que la gendarmerie, pour des questions militaires, s’est saisie du dossier et a mis la main sur les deux conteneurs. Un comité de crise de la communauté portuaire regroupant toutes les entités qui exercent sur la plate-forme portuaire, qui s’est saisi alors de ce problème a décidé, fort des irrégularités sur la déclaration fournie par les responsables du bateau, du maintien des 54 conteneurs et du navire au port, jusqu’à ce nouveau contrôle.Avec la découverte de ces armes de guerres dissimulées dans les aliments destinés aux militaires français démontre que le danger est bien présent», concluent les sources portuaires.Le dossier est désormais sur la table du chef -d’Etat major des armées, indiquent les autorités portuaires...

Publié dans Actualité militaire

Commenter cet article