Des producteurs de cacao manifestent devant la délégation de l'UE à Abidjan

Publié le par thruthway

http://www.rti.ci/images/manifestation_planteur170211.jpgPlusieurs producteurs de cacao ivoiriens ont manifesté, jeudi devant la délégation de l'Union européenne (UE) à Abidjan, pour demander la levée des sanctions prises contre la Côte d’Ivoire.

Dénonçant l’interdiction du transport de la production du cacao ivoirien à partir des deux ports du pays par les navires battant pavillon européen, les manifestants ont appelé Bruxelles à mettre un terme à "l'esclavage économique" dans lequel les Ivoiriens en général et les paysans sont confinés depuis quelques semaines.

Ils ont mis à  exécution la menace du célèbre planteur de Niablé, le doyen Sansan Kouao, en mettant le feu à quelques sacs de fèves devant le bâtiment abritant les bureaux de la délégation européenne.

Lors d’une rencontre, samedi, à la Caistab, à Abidjan, sous la houlette du Conseil national des sages de la filière café-cacao (CNS), les paysans, venus nombreux, se sont inquiétés d’un "génocide" voilé qui risque d’emporter les populations rurales de Côte d’Ivoire à travers l’embargo de l’UE sur l’exportation du cacao, colonne vertébrale de l'économie ivoirienne, rappelle-t-on.

Ils ont même encouragé le président du CNS, Georges Bléhoué Aka, à explorer la voie asiatique pour chercher de nouveaux partenaires tout en dénonçant la "discrimination de la communauté internationale entre le nord ivoirien qui produit le coton et l’anacarde, lesquels ne connaissent pas de restriction, et le sud, pour le café et le cacao qui subissent ces rigueurs économiques".

"Nous condamnons donc tout acte qui tend à mêler la politique à la filière Café-cacao", ont conclu les producteurs de la filière.

Pour pousser le Président Laurent Gbagbo à céder son fauteuil à leur poulain Alassane Ouattara, parrain de la rébellion, des pluies de sanctions de l'UE tombent sur la Côte d’Ivoire. Les banques, filiales de quatre banques internationales (BICICI, SGBCI, City Bank et Standard Chartered Bank) ont fermé lundi et jeudi dans le but de déstabiliser l'économie ivoirienne. S'attendant à toute éventualité dans la guerre qu'elles mènent contre les puissantes occidentales, les autorités ivoiriennes ont déjà pris les mesures idoines pour assurer le salaire des Ivoiriens.

Source : AIP

Publié dans Economie

Commenter cet article