ELECTION DE MACKY SALL AU SENEGAL : Les premières leçons d’une victoire

Publié le par thruthway

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTQ9XI3E199tC4as3h4Qxu3Yo3aJvbqjklRT6bIlo1pfQSelBPGkw

 

 

Au delà de l’enthousiasme débordant qui s’est emparé des uns et des autres, je voudrais dire que la victoire de l’opposition enseigne plusieurs leçons :



La première est que l’on n’a pas besoin de lever une rébellion pour aboutir à une alternance dans un pays démocratique. Lorsque l’on est sur d’avoir tissé des liens solides avec son peuple, l’on s’en remet toujours à son choix quelque soit la fureur de la dictature que l’on à face. Le Président Laurent Gbagbo malgré la répression sauvage du parti unique a toujours fait le choix d’une alternance démocratique  dans son pays et il a fini par arriver au pouvoir en 2000 à l’issue d’élection organisée sous l’égide d’un pouvoir militaire dont le chef était candidat .  .


Ouattara et Soro devraient faire profil bas face à la victoire de Macky Sall, eux qui pendant 10 ans ont pris en otage le nord de la côte d’ivoire  pour soit disant des revendications démocratiques. Le peuple ne peut jamais être embastillé lorsqu’il veut changer un régime.


Dramane vient ainsi de perdre un allié objectif. Il ne faut pas que l’on n’oublie pas que c’est bien Wade qui avait envoyé son avion présidentielle venir chercher Dramane lors de la campagne pour le second tour et que Dramane a résidé permanemment dans ce pays au début de sa gouvernance.



Par ailleurs, le coup de fil de Wade à Macky pour le féliciter apparaît comme une tentative opportuniste pour se mettre à l’abri d’éventuelles poursuites liées à sa gestion  peu scrupuleuse des deniers publics de ce pays. Car Wade aurait pu faire l’économie de tous ces morts enregistrés lors des manifestations pacifiques de l’opposition. Par son entêtement à se présenter vaille que vaille, il a ainsi fragilisé les institutions de son pays qui ont dû accepter sa candidature mais bien plus, il a fait tuer plusieurs jeunes organisés dans le mouvement  « Yen en marre » qui s’opposaient dans les rues à celle-ci.



Nous sommes par ailleurs surpris que l’on tente  déjà de comparer l’attitude de Wade à celle de Gbagbo en prétextant que ce dernier aurait du appeler Dramane '' le vainqueur '' de l’élection présidentielle de Novembre 2010 pour le féliciter. Jusqu'à preuve du contraire, rappelons qu’une partie du Sénégal n’est pas occupée par des rebelles armes au poing pendant le déroulement du scrutin chassant tous les représentants dans les BV du candidat adverse, que les élections n’ont pas été truquées  de manière goujate dans le nord du Sénégal et que Wade n’a pas été déclaré élu par le conseil constitutionnel sénégalais. Voilà !!!

 


Steve Beko

Commenter cet article