ET POURTANT IL FUT DECORE AUSSI… (Lecture recommandée)

Publié le par thruthway

http://news.abidjan.net/photos/photos/a%20087.jpg

 

 

 

Cet homme est l’un des plus proches de Ouattara. Il a été nommé par celui-ci comme son ministre des mines et de l’énergie. Il vient d’être décoré pour son « travail » par la Chancelière de Ouattara, Henriette Dagri Diabaté. En plus d’être ministre, il est le maire de la commune d’Abobo et il vient d’être choisi comme député de cette même commune sur recommandation expresse de Ouattara « himself ». Voici ce que pensent ses propres administrés pour son « travail bien fait ».

 

Lu pour vous dans le quotidien pro-ouattara « nord-sud » du 03/03/2012

 

Le maire sortant d’Abobo, Adama Toungara, est l’objet de critiques quant à sa potentielle participation aux municipales. Et ce, même dans sa famille politique le Rassemblement des républicains. Coulibaly Sériba, secrétaire de section, en donne quelques raisons.

 

Vous avez tenu récemment une réunion avec des secrétaires de sections d’Abobo pour vous s’insurger contre la probable candidature d’Adama Toungara aux municipales. Certaines personnes pensent que c’est la ministre Jeanne Peuhmond qui vous y manipulerait. Qu’en est-il ?

 

Personne ne nous pousse à faire quoi que ce soit. Parce que nous ne sommes pas au commencement de notre lutte politique. Nous avons plus de 20 ans de militantisme au Rassemblement des républicains. Donc nous sommes à même de savoir qui peut faire notre bonheur à Abobo. Nous menons un combat en conformité avec les aspirations profondes de la base. Aujourd’hui, toute candidature devrait être l’aboutissement d’une série d’actions. Toungara ne répond plus aux aspirations de nos militants parce qu’il n’a pas tenu ses promesses quant à leur bien-être.

 

Soutenez-vous Jeanne Peuhmond ou pas ?

 

Nous voulons que la direction nous envoie Dominique Ouattara parce qu’elle est notre mère à tous et elle comprend notre situation. A défaut, Mme Peuhmond parce qu’elle a toujours vécu avec nous à Abobo. Elle est notre mère et cherche, à chaque occasion, à améliorer notre existence. Elle a subi beaucoup de péripéties avec nous et connaît également nos besoins. Elle saura nous trouver des solutions et rehausser l’image du parti dans la commune. Le maire sortant ayant démissionné.

 

Pourquoi combattez-vous le maire qui n’est pas officiellement candidat aux municipales à venir ?

 

Nous anticipons car plusieurs personnes aux desseins inavoués luttent pour sa candidature. Elles savent que Toungara ne peut plus être candidat ici. Et lui-même le sait. Donc, en incitant une minorité à le plébisciter, elles veulent lui faire croire qu’il a encore toutes ses chances alors que sa candidature pose problème. Toutefois, même s’il veut être candidat, il y a une procédure à suivre en amont.

 

Pourquoi ne soutenez-vous pas le maire sortant qui, logiquement, est en droit de postuler et qui, plus est, est de votre parti ?

 

Premièrement, il y a le cumul de postes. Il est ministre et député à la fois. Que va-t-il chercher encore à la mairie ? Ensuite, se pose le problème du placement des cadres du parti. La gestion de Toungara est constituée de règlement de comptes. Il ne travaille pas sur la base du mérite. De plus, il ne connaît pas sa commune et ses acteurs. Il est entouré d’une petite bande mafieuse qui l’induit en erreur. Et, il ne fait rien pour changer les choses.

 

Pourtant plusieurs secrétaires de sections et des organisations de la société civile d’Abobo se reconnaissent en Toungara…

 

Il leur a demandé de signer des motions de soutien en sa faveur avant de leur trouver du travail. Ces gens pensent que le militantisme se limite à leur ventre. Nous pouvons même dire que ces personnes poussent la base à haïr Toungara par leurs agissements. Auparavant, nous menions la lutte externe en dépit de celle interne pour porter le président Alassane Ouattara au pouvoir. Maintenant que c’est fait, notre combat devient interne. C’est-à-dire mettre au-devant les aspirations profondes de la base. Et comme nous l’avons dit, notre militantisme date de longtemps. Donc nous suivons les manquements de notre maire au quotidien. Et ce, malgré tous ses moyens.

 

Au nom de qui parlez-vous ?

 

Des militants de base, de la majorité des secrétaires de sections et des associations, des syndicats et des ONG qui préfèrent par dépit des gens comme Kader Soumahoro, un secrétaire de section, Ouattara Ibrahim ou Lanssana Méité parce que Toungara ne peut plus jouer avec notre ardeur militante.


Entretien réalisé par Franck Koffi

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article