France-Côte d’ivoire : François Hollande refuse de recevoir la délégation de Ouattara

Publié le par thruthway

http://www.koaci.com/photo_art/mini/francois-hollande-abidjan-20-avril-2012.jpg

 

 

L’avenir s’annonce sombre pour le régime ivoirien. Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara qui mène un lobbying assidu en direction des candidats à l’élection présidentielle française, a échoué dans toutes ses tentatives de charmer la Gauche bien partie pour ravir le palais de l’Elysée au candidat de l’Ump Nicolas Sarkozy. De sources généralement crédibles, c’est François Hollande lui-même qui a pris les devants pour opposer une fin de non recevoir à la délégation de Ouattara en mission de plaidoyer auprès du candidat le mieux placé dans les intentions de vote révélées dans les derniers sondages réalisés. «Une première délégation a tenté de rentrer en contact avec les différents quartiers Généraux (Qg) de campagne de la gauche française. Par deux fois, cette délégation a essuyé deux revers. François Hollande quant à lui, refuse de recevoir Alassane Dramane Ouattara par le truchement des émissaires venus d’Abidjan. C’est tout ce qu’on peut dire à cette étape précise de la campagne électorale française». A indiqué notre source au sein du parti socialiste français qui veut revoir la politique étrangère de la France.

 

Si le candidat socialiste est élu au soir du second tour de la présidentielle dont le premier tour a lieu dans trois jours, soit le dimanche 22 avril prochain, la première conséquence à tirer est la révision de cette politique étrangère qui, selon les socialistes, n’honore pas la France. Le sempiternel débat devenu fond de commerce pour les candidats français qui lorgnent l’Afrique.

 

Démantèlement de la Licorne

 

«Le parti socialiste français et l’ensemble des partis de la gauche française, prévoient le démantèlement immédiat de l’armée française en Côte d’Ivoire et dans tout le continent africain. L’opération Licorne sera la première force à se retirer de la Côte d’Ivoire. Nous allons donner un signal fort à nos partenaires démocrates africains pour les rassurer», a poursuivi notre source qui ne manque pas de justifier cette décision lourde de conséquences pour le nouveau régime en place en Côte d’Ivoire. Un régime qui ne tient qu’à la corde trop tendue par la crise ivoirienne et que maintient le candidat sortant Nicolas Sarkozy. «Les dispositifs militaires de la France en Afrique coûtent trop cher aux contribuables français. Si nous sommes élus, nous procéderons à leur démantèlement rapide. Ce manque à gagner peut redresser l’économie française éprouvée par la crise financière et économique qui secoue la zone euro», a-t-on prévenu côté Ps.

 

Dans le nouveau sondage Csa réalisé pour Bfmtv, Rmc, 20 mn, Csc, le candidat Ump Nicolas Sarkozy perd du terrain. Après les derniers meetings du week-end passé, François Hollande est monté dans les intentions de vote à 29% contre 25% pour Sarkozy. Dans l’hypothèse d’un second tour, François Hollande battrait Nicolas Sarkozy avec un écart assez considérable. Dans ce sondage, le candidat socialiste est accrédité d’un rassurant 58% contre le candidat Ump 46%. Pire, 60% des Français rejettent l’actuel locataire du palais de l’Elysée, précise cette enquête d’opinion. En attendant le premier tour qui se tient ce dimanche, Ouattara préfère se la jouer prudent. Raison de plus d’envoyer des émissaires auprès des probables vainqueurs de cette palpitante élection présidentielle française dont l’issue pourra déterminer la nature des liens jusque là traditionnels entre les pouvoirs d’Afrique francophone et la France. C’est ce qu’a tenté de faire Alassane Dramane Ouattara dont le pouvoir est maintenu sous couveuse de façon artificielle. Mais manque de pot pour l’homme fort de la lagune Ebrié, la gauche française dirigée par le parti socialiste du candidat François Hollande, ne veut plus tremper dans une politique étrangère qui n’a que trop entaché l’image de marque de l’hexagone.

 

Une délégation rentrée bredouille

 

Rappelons que depuis la semaine dernière une forte délégation du Rdr conduite par le Secrétaire général adjointe, Amadou Soumahoro séjourne sur les bords de la Seine. Karamoko Yayoro président de la jeunesse du Rdr (Rjr) et membre de cette délégation, s’était plié en quatre pour demander à leurs «frères» de la sous région ouest africaine naturalisés Français de voter pour le candidat de l’Ump. «Si Sarkozy perd, notre pouvoir est en danger. Nous sommes spécialement venus d’Abidjan avec les responsables afin de mobiliser tous les Africains Français à voter Sarkozy». Parce que, a ajouté Karamoko Yayoro : «si Sarkozy ne nous était venu en aide, Gbagbo serait toujours là. C’est ce monsieur qui a autorisé la déportation de Laurent Gbagbo. Pour ceux qui croient en Dieu, priez, pour les autres, sollicitez vos marabouts, consultez vos cauris. Mais il faut que Sarkozy passe…», plaidait, dit-on, presque les larmes aux yeux l’envoyé d’Alassane Dramane Ouattara. Et il n’a pas tort.

 

Puisque François Hollande bien parti pour être l’élu du peuple français n’entend pas les futures relations franco-africaines de cette oreille. Pour le candidat socialiste, il n’est plus question que la politique étrangère française soit assimilée à des actions terroristes dans des Etats souverains d’Afrique. C’est à prendre ou à laisser. Le gros perdant dans cette affaire, plus que Nicolas Sarkozy qui a cru agir pour les intérêts de son pays la France, c’est Alassane Dramane Ouattara. Pour le président du Rdr dont l’amitié avec Sarkozy rime avec soutien aveugle, la désillusion sera grande au soir du 6 mai 2012 jour de proclamation des résultats des élections présidentielles en

France. Qui vivra verra, dit l’adage.

 

Simplice Allard

al08062317@yahoo.fr

Commenter cet article

Badreddine Wassim 27/04/2012 00:25


Dans l'article on peut lire "Dans ce sondage, le candidat socialiste est accrédité d’un rassurant 58% contre le candidat Ump 46%" mais 58% + 46% ça ne fait pas 104%
??