France : En recevant Soro, Bartolone crée l’émoi à gauche

Publié le par thruthway

http://news.abidjan.net/photos/photos/soro1(10).jpg

 

 

En attendant que l’audience que le nouveau président du parlement français, le socialiste, Claude Bartolone, a accordé à son homologue ivoirien, Guillaume Soro, livre ses secrets, le moins que l’on puisse écrire c’est que cette rencontre est diversement interprétée dans les milieux politiques français.

 

Notamment au sein de la majorité de gauche au pouvoir dans l’hexagone. Le quotidien L’Humanité, proche du parti communiste français, qui a consacré, hier, une brève à l’évènement dans sa rubrique « points chauds » n’a pas été très tendre avec les deux personnalités. Sous le titre, «Soro, l’ex-chef de guerre reçu par Claude Bartolone», le quotidien parisien ne cache pas sa déception devant ce qui apparaît déjà comme un premier couac de la gouvernance Hollande sur le front de la défense de la démocratie et des droits de l’homme en Afrique. «Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire et ex-seigneur de guerre, Guillaume Soro, a été reçu hier en audience par le tout nouveau président de l’Assemblé nationale française. Pour autant, la visite n’est pas passée inaperçue. Pour cause, Soro est dans le collimateur de la justice internationale pour les exactions commises par son ex-armée, les forces nouvelles (Fn), puis les forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci, nées des Fn) et aussi pour l’enrôlement d’enfants soldats. Soro est, de surcroît, arrivé à Paris sous le coup d’une plainte de Michel Gbagbo, fils de l’ancien président ivoirien, pour « enlèvement, séquestration, traitements inhumains et dégradants ». Sa mère avait exhorté Bartolone «ne pas recevoir le geôlier d’un ressortissant français détenu du seul fait de son patronyme», écrit le quotidien communiste.

 

Dans les milieux proches du parti communiste, l’on n’a pas de mots assez forts pour qualifier le geste du chef du Parlement français. «Le message qu’envoie Bartolone est très clair. C’est la continuité. C’est vrai qu’on ne s’attendait pas à grande chose des socialistes mais là c’est très fort et cela n’augure rien de bon », confiait hier une source proche du front de gauche qui a requis l’anonymat.

 

Du coté du parti socialiste, on fait encore profil bas. Surtout que l’actualité, dans le camp Hollande, c’était la présentation du discours de politique générale du Premier ministre, Jean Marc Ayrault, au Parlement. Mais pour certains observateurs de la politique française, la grande discrétion qui a entourée la rencontre entre MM. Soro et Bartolone est bien la preuve de la gêne qu’éprouvent les nouvelles autorités françaises vis-à-vis du régime d’Abidjan.

 

Guillaume T. Gbato

gtgbato@yahoo.fr

Commenter cet article