Guillaume Soro annonce la fin de son parcours

Publié le par thruthway

http://www.jeuneafrique.com/photos/020012011121931000000soro-big.jpg

 

 

Guillaume Soro a beaucoup communiqué ces dernières 24 heures. Invité de Rfi, très tôt le matin du lundi 6 février, et invité du grand format d’une heure et demie sur la RTI le soir à 21 h, en passant par les passages en boucles de France 24 dans la même journée, on ne peut pas l’avoir vu et écouté avant hier. Pour une personne qu’on a vu rarement depuis le 11 avril 2011, ce n’est certainement pas anodin cette fièvre subite de communication. Celui qui était très avare en parole le matin sur Rfi, est devenu très prolixe le soir sur tous les réseaux de la Radio Télévision Ivoirienne.

 

A-t-il convaincu ?

 

Apparemment non parce que le plus valorisant pour un homme politique n’est pas d’avoir une réponse à toutes les questions mais de pouvoir communiquer une vision politique au peuple. De tout ce qu’on a entendu de Soro Guillaume ces dernières heures, nous pouvons retenir deux choses : les contre vérités d’un premier ministre sans bilan et l’aveu de sa disparition prochaine du champ politique ivoirien dont le signe premier est un manque total de vision optimiste quant à son avenir politique.


Il a dit sur la RTI que le 11 avril 2011 dernier, son gouvernement et lui ont hérité d’un pays qui était au bord du gouffre avec -8% de croissance. Cette année 2012, en moins d’un an et demi, alors nous avons tous l’impression que nous y sommes descendus, Soro Guillaume dit sans sourciller au peuple de Cote d’ivoire qu’il vit actuellement une croissance de plus de 8%. On se demande pourquoi, les institutions financières ne leur ont pas encore accordé le point d’achèvement PPTE. Acculé par les journalistes sur la cherté de la vie qui devient intenable, le même, au même endroit et dans l’instant suivant va passer du chaud au froid pour ne pas dire une monstruosité : «Oui, c’est vrai que nous sommes dans une situation de décroissance économique, mais nous comptons ramener d’ici la fin de l’année le taux d’inflation de 5 à 3%.» Allez-y comprendre quelque chose !


Le plus intéressant dans toute cette campagne de communication, c’est le sentiment que Soro ne maitrise plus son destin politique. A toutes les questions portant sur son avenir politique après la primature, l’homme s’en est remis à Dramane Ouattara. Est-ce l’expression de la loyauté envers un supérieur hiérarchique ou bien l’attitude lucide d’un homme qui se sent de toute façon pris au piège de la CPI ? Quand on sait à quel point Soro a été loyal envers Laurent Gbagbo on est bien tenté de dire que l’homme nous dit au revoir, en route pour la CPI.



Joseph Marat 

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article