L’affaire « Interpol aux trousses de 13 pro-Gbagbo en exil », voici toute la vérité…

Publié le par thruthway

Ado-prison.PNG

 

 

Très tôt ce matin, le quotidien ivoirien pro-ouattara, "le patriote" titrait en grand titre « Interpol aux trousses de 13 pro-Gbagbo en exil ». En réalité, il s’agit de 13 mandats d’arrêt internationaux délivrés par la justice aux ordres de Ouattara contre certaines personnalités ivoiriennes supposées proches du président Gbagbo et qui ont été remis aux autorités béninoises. Un acte de plus qui montre toute la duplicité, la mauvaise foi de Alassane Dramane Ouattara. Voici les faits…

 

 

Le 26 janvier 2012, par une lettre dont nous avons reçu une copie (voire image ci-dessous), le Ministre de l’intérieur, de la sécurité et des cultes béninois Benoit Assouan informait le président de la république du Bénin, de l'existence de 13 mandats d’arrêt internationaux délivrés par le régime de Ouattara contre certaines personnalités ivoiriennes présumées être  présentes sur le territoire béninois. 

 

 

mandat-arret-contre-pro-gbagbo.PNG

mandat-arret-contre-pro-gbagbo.2.PNG

mandat-arret-contre-pro-gbagbo.3.PNG

mandat-arret-contre-pro-gbagbo.4.PNG

 

Voici le courrier et la liste des personnalités concernées.

 

mandat-arret-contre-pro-gbagbo.5.PNG

mandat-arret-contre-pro-gbagbo.7.PNG

mandat-arret-contre-pro-gbagbo.8.PNG

 

Comme vous pouvez le remarquer, le Premier nom sur cette liste n'est autre que celui de  Feu le  Ministre d’État Bouhoun Bouabré Paul Antoine … No Comment comme dirait l'autre.


Voilà donc la réconciliation proposée aux ivoiriens par Alassane ouattara, une réconciliation chantée auprès de toutes les chancelleries du monde, mais qui sur le terrain se traduit par une volonté presque démoniaque  de pourchasser tous ceux qui de près ou de loin ont collaboré avec le président Gbagbo... Morts compris.  Les prisons de Ouattara ne contiennent-elles pas déjà suffisamment  de partisans du président Gbagbo?

 

Apparemment  le gel des avoirs  de tous les collaborateurs du  président Gbagbo et l'exil forcé à eux imposé, ne sont pas aux yeux de Ouattara   une punition assez cruelle  pour tous ces cadres de l'administration ivoirienne  qui n'ont commis qu'un délit: celui de servir leur pays.  Ouattara préférerait surement  savoir ces personnalités soit mortes, soit  entrain de subir les humiliations filmées par les geôliers du premier Ministre Pascal Affi Nguessan, Michel Gbagbo et d'autres cadres.

Et puis au Nom de quelle loi les membres de ce régime qui pendant 10 ans ont  ensanglanté la Cote d'Ivoire, peuvent ils  se permettre de poursuivre jusqu'à leur ultime retranchement des personnalités qui lorsqu'elles dirigeaient les affaires, pardonnèrent l'assassinat de leur collègue Emile Boga Doudou, tué par ceux là mêmes qui aujourd'hui s'érigent en justiciers? Et Banny le réconciliateur, que dit il de tout cela?  Nous l'avons vu à Libreville lors de la CAN 2012 prôner la réconciliation autour d'un trophée de football, pense t-il sincèrement que le scalp des partisans du Président Gbagbo offert sur un plateau favorisera la réconciliation?



 Non monsieur Ouattara, la réconciliation entre les fils de ce pays que vous voulez séparer à tout prix ne passera pas par la vengeance, mais par le rétablissement de la vérité  des urnes, et le pardon.

 

 

Action Concrète Communication

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article

erni 23/02/2012 09:41


hmmm ... après Nice, merci pour le partage ..., utile pour moi
Ya Merci, weight loss natural. Erni