l’ONU admet son erreur, pas d’hélicoptères livrés par le Bélarus à la Côte d’Ivoire

Publié le par thruthway

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTXaohbd4IQdWvku6Toy-nmB6cWUbYE0JGct__KEOgC0V1VeT10NEW-YORK – L`ONU a reconnue mercredi qu`elle avait accusé par erreur le Bélarus d`avoir livré des hélicoptères au régime du président ivoirien Laurent Gbagbo, en plein bras de fer avec le pouvoir en place à Abidjan.

L`information de la mission de l`ONU en Côte d`Ivoire, l`Onuci, faisant état de l`arrivée dimanche à l`aéroport de Yamoussoukro (centre) d`avions transportant trois hélicoptères en provenance du Bélarus, « était une erreur », a déclaré à New York Alain Le Roy, chef des opérations de maintien de la paix. L`ONU a présenter ses « excuses » au Bélarus, qui avait dès lundi rejeté les accusations.

Le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) avait désavoué lundi le Secrétaire Général de l’organisation au sujet de présumées livraisons d’hélicoptères du Bélarus à la Côte d’Ivoire.

« En accusant le Bélarus d’avoir envoyé trois hélicoptères à Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, le Secrétaire Général Ban Ki-Moon a fait une erreur », avait révélé plusieurs membres du Conseil de sécurité à l’issue d’une réunion tenue lundi soir.

Plusieurs diplomates étaient repartis « déçus », devant « l’absence de preuves » suite à une accusation de Ban Ki-moon contre le Bélarus à propos d’une présumée violation de l’embargo sur les armes en Côte d’Ivoire.

« Je ne sais pas où il prend ses informations »,  s’était étonné un diplomate de l’Onu, rapporte Inner City press, une agence de presse spécialisée dans l’investigation à l’ONU.

Selon des sources proches de l’organisation, c’est pour étouffer ce camouflet que Ban Ki-moon tente actuellement d’attirer l’attention sur l’atrocité des nazies, suite à une visite au musée de l’holocauste de Washington.

Ces derniers jours, la tension s’est accentuée entre les soldats de l’Onuci et la population, qui les accuse de convoyer des armes en Côte d’Ivoire pour la rébellion, via le Burkina-Faso.

Les heurts se multiplient entre la population et les soldats de l’Onuci, qui sont devenus indésirables en côte d’Ivoire pour avoir tiré à plusieurs reprises à balles réelles sur des populations civiles. Le président Laurent Gbagbo a demandé depuis décembre 2010, le départ de l’Onuci, pour leur activisme aux côtés de la rébellion.

Le représentant spécial du Secrétaire Général de l’Onu, Choï, a créé la confusion et replongé le pays dans une grave crise en déclarant Alassane Ouattara élu dans les médias occidentaux, alors que le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction pour donner les résultats définitifs, avait proclamé et investi Laurent Gbagbo, Président de la république.

Publié dans Diplomatie

Commenter cet article