Laurent GBAGBO, le 2e chef d'Etat africain le plus aimé sur internet

Publié le par thruthway

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSUB6jGupAT_BRC-EGSAlvcAU3SMrngxs4KS2vihzX1l215I3JGLe boom d'Internet n'a pas épargné l'Afrique. Face au succès des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, la course aux «likes» a commencé. 


Croire que les pays étiquetés «en voie de développement» ne sont pas au fait d’Internet serait bien mal connaître le continent noir. De Facebook en passant par Twitter, ce sont des millions d'internautes qui s’expriment chaque jour sur le Web.

 

A l’image des autres continents, Facebook s’impose en Afrique comme le réseau social par excellence: 21,25% des internautes africains s’y connectent, ce qui fait pas moins de 17 millions de membres sur le site créé par Mark Zuckerberg en 2004.

 

Et cet engouement dépasse la sphère populaire, puisque de nombreux chefs d’Etat africains y ont ouvert un compte, une page officielle, ou encore des groupes de soutien. Autant d’outils qui permettent de créer une interface supplémentaire avec la société civile, les champions de Facebook et Twitter.

 

Pour définir l’enjeu réel que représente le phénomène des réseaux sociaux au sein de la classe politique africaine, nous avons réalisé le classement des cinq présidents* les plus actifs sur la Toile, notamment sur Facebook et Twitter, au 29 mars 2011.

 

- Ce classement est évalué en fonction du nombre de likes (j'aime, en version française) affichés sur les pages Facebook officielles des présidents. Pour les profanes, il faut savoir que chaque «Facebookien» peut cliquer sur cette icône , présente un peu partout sur le site, afin de manifester son intérêt pour une page, un statut, une photo, etc.

 

Au-delà de la simple popularité d’un dirigeant, ces clics reflètent également des enjeux tels que l’accès à Internet, la pénétration des réseaux sociaux, la politisation de la Toile ou encore la censure.

- Twitter est également un réseau social révélateur. Ce site de microblogging relaie des mini-messages (140 caractères maximum) largement suivis sur le Web —on a pu voir son influence récemment lors des révolutions tunisienne et égyptienne.

 

5. Alassane Dramane Ouattara (Côte d'Ivoire): 12.169 likes


Le rival du président Laurent Gbagbo n’oublie pas de soigner sa présence virtuelle. Avec Gbagbo, ils se livrent une cyberguerre sur Facebook et Twitter afin d’élargir leur sphère d’influence.

 

Ouattara, dit «Ado», se montre très présent sur Internet, et la rubrique «Ado sur le web» de son site officiel renvoie sur ses pages Facebook, Hi5, MySpace et Twitter, où 1.028 abonnés suivent ses messages. Il a un site officiel personnel et un autre relatif à son parti politique.

 

4. Paul Kagamé (Rwanda): 15.591 likes


Très actif sur les réseaux sociaux, le président rwandais invite lui aussi les internautes à le suivre sur Facebook, Twitter, Flickr, ou encore YouTube. Sur Facebook, il a créé un forum intitulé «Answers of the week» (Réponses de la semaine) où il répond librement aux questions de ses likers. A titre d’exemple, le 16 mars, un dénommé Aboo lui demandait pourquoi le Rwanda n’était pas plus représenté en Afrique de l’Ouest. Paul Kagamé l'a informé que deux nouveaux ambassadeurs venaient d’être nommés au Nigeria et au Sénégal.

Son site officiel est régulièrement actualisé et son compte Twitter rassemble 8.388 abonnés.

 

3. Jacob Zuma (Afrique du Sud): 21.145 likes


Président de la «nation arc-en-ciel» depuis 2009, Zuma est en troisième position de ce classement, une place sur le podium qu'il doit sans doute aux 3.761.000 sud-africains adeptes de Facebook. Zuma est également très suivi sur Twitter avec 10.852 abonnés.

Son site officiel est mis à jour régulièrement et il possède également un compte sur YouTube et Flickr.


2. Laurent Gbagbo (Côte d’Ivoire): 32.418 likes


Le président Laurent Gbagbo s'efforce de rassembler ses adeptes autant sur la Toile que dans la réalité. Il disposerait même d'une équipe de webactivistes chargée de diffuser son idéologie sur Internet. Une manière de se façonner une légitimité que ne lui a pas accordée la communauté internationale.


Son site officiel renvoie vers ses comptes Facebook, Twitter, Dailymotion, MySpace et YouTube. Sur Twitter, il est suivi par 1.277 abonnés. Une diversité d’outils qui permet d’élargir son champ d’action sur le Web. Récemment, le profil de Laurent Gbagbo aurait été bloqué sur Facebook pendant quelques jours, et une pétition circulait pour sa réhabilitation.


1. Goodluck Jonathan (Nigeria): 518.519 likes

 

L’importance que «Monsieur Bonne Chance» accorde à sa cyberpopularité n’est sans doute pas étrangère aux échéances électorales à venir. Président par intérim en poste depuis le 6 mai 2010, les prochaines élections législatives et présidentielle se tiendront respectivement les 2 et 9 avril 2011. Le site officiel de sa campagne est actualisé quotidiennement, et son compte Twitter rassemble 8.746 abonnés. C’est d'ailleurs en 140 caractères qu’il a annoncé l’ouverture de son nouveau site le 8 mars 2011.

 

En outre, le Nigeria se situe au 1er rang africain et au 9e rang mondial en terme de nombre d’utilisateurs d’Internet (43,989 millions), parmi lesquels 2.985.680 sont inscrits sur Facebook. Avec l’Afrique du Sud, le Nigeria recense le plus grand nombre d'utilisateurs de Twitter. Un résultat qui n'est pas étranger à la démographie du Nigeria, pays le plus peuplé du continent noir, et 8e au rang mondial, avec 155.215.573 habitants.

Voilà donc un président qui a bien su tirer son épingle du jeu

 

Liberté de liker


L’époque où les politiques ne prenaient pas en compte la mesure du phénomène des réseaux sociaux semble être révolue. Sans doute les scandales créés par les câbles de WikiLeaks et l’utilisation de Facebook et Twitter par les partis d’opposition comme vecteur de contestation ont-ils incité de nombreux dirigeants à ne pas négliger cette partie du Web.

 

A l’image des blogs, le premier réflexe a été de se méfier de ces lieux d’échanges ouverts. Dans certains pays où la liberté d’expression n’existe que pour la forme dans la Constitution, l’accès à ces sites fait figure d’oasis en plein désert. On comprend alors l’enjeu de limiter l’accès à de tels outils afin de museler les voix dissidentes.

 

Sauf que la censure est un pari risqué, et qu’elle nécessite un accord avec les moteurs de recherche (à l'instar de Google, qui de 2006 à 2010 acceptait de censurer certaines entrées en Chine) ou encore avec les fournisseurs d’accès. Mais limiter l’accès au Web ne passe pas inaperçu, même dans des pays qui recensent de faibles taux de pénétration d’Internet. Le dernier exemple en date est celui du Cameroun. Le vendredi 11 mars, l’accès au réseau Twitter par téléphone mobile a été bloqué par le gouvernement de Paul Biya, arguant d’obscures «raisons de sécurité». A ce jour, le service n'est toujours pas rétabli dans le pays. 

 

Au fond, si les chefs d'Etat n’ont pas pris le train des réseaux sociaux en marche, ils le craignent. Laurence Monnoyer-Smith, chercheuse française en Sciences de l’Information et de la Communication, souligne:

«Pour eux, il s’agissait d’un dispositif ressortant de l’organisation de la société civile. Ils ne voyaient pas leur intérêt. Le réveil a été brutal parce qu’ils ont pris conscience de l’énorme décalage entre l’idée qu’ils se faisaient de leur action, et la manière dont elle était reçue.»

 

A l’image de Robert Mugabe (Zimbabwe), ou encore d’Abdoulaye Wade (Sénégal), les groupes d’opposition et les pages des «anti-» se comptent par dizaines —et certaines ne mâchent pas leurs mots.

 

Source: slateafrique.com

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article

jevote utile 25/04/2011


Heureusement que ce n'est que sur internet sinon,si c’était dans le fait réel,cet homme allait exterminer tous ceux qui ne sont pas de son clan.Dieu merci,internet ne vote pas en cote d'ivoire.