Le racket refait surface et s'intensifie avec les Forces pro-ouattara.

Publié le par thruthway

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQrSU9HZ_v9Z8541-HbaJ4NDB8X946Zo7KUcfU9sVxTBLkl9oRYwQVoici une pratique longtemps décriée par le camp Ouattara lorsqu'il était dans l'opposition: le racket. c'est au nom de cette pratique honteuse à laquelle s'adonnaient malheureusement nos forces de l'ordre, que le camp ouattara avait qualifié de corrompu le régime du Président Gbagbo.

Arrivé aujourd'hui au pouvoir par un coup d'Etat, on s'attendait à ce que le pion de la comunauté internationale face mieux. Mais que non! Le spectacle qu'il nous est donné de voir est même pire.

La pratique du racket est plus que jamais institutionnalisé avec ce nouveau régime imposé aux ivoiriens par la force et les armes lourdes de l'armée française. Les FRCI (forces pro-ouattara) s'adonnent à coeur joie et sans retenue dans tous les différents corridors qu'elles contrôlent. 

Les plaintes des transporteurs contre les FRCI fusent de partout ces temps-ci. « Le racket a refait surface. Nous payons trop d’argent sur les routes. Les faux frais de route se sont multipliés, » a déclaré un transporteur de gros camion qui fait la liaison Abidjan San-Pédro. En effet, ce transporteur qui a voulu garder l’anonymat a ajouté qu’entre Grand-Bérébi et Fresco dans le sud ouest de la Côte d’Ivoire, l’on dénombre à ce jour au moins sept barrages, alors que ces deux villes ne sont distantes d’environ 100 km. Issouf, un autre transporteur d’un mini car confie que les Frci mènent la vie dure aux transporteurs dans certaines localités. « Les Frci arrêtent les véhicules de transport à tout vent et exigent des laissez-passer aux conducteurs. Les mini cars paient la somme de 3000 Fcfa, les gros camions vides 15000 Fcfa tandis que les gros camions transportant des marchandises paient 25000fcfa, » dénonce Issouf, très amer.

Les passagers des cars de transport ne sont pas du tout, alors pas du tout épargnés. Ils sont ranonnés à hauteur de 200F.CFA à chaque barrage. Pour ceux qui ont assez de bagages, ils doivent payer un peu plus. 1000 F.CFA pour ceux qui ont un problème de pièces d'identité, 2000 F.CFA pour ceux qui n'ont aucune pièce pour se faire identifier et 3000 F.CFA, si  tu oses présenter une carte d'étudiant.

Les soldats pro-ouattara qui sont sur les routes pour effectuer ces contrôles, sont pour la plupart des analphabètes qui s'exprement entre eux en malinké et en moré (une langue du burkina faso).

Comment dans ce cas, pourrons-t-ils contrôler les pièces? On le voit, plus qu'un contrôle de pièces, ce qui intéressent ces soldats, c'est le racket; soutirer de l'argent aux honnêtes citoyens.

 

 

Publié dans Droit de l'homme

Commenter cet article

Adelphino De Rossi 15/05/2011 14:26


Merci pour l'information, cela est surement verifie, dans mon village qui est a 50km d'Abidjan les villageois raconte la meme histoire. Mon petit frere il y a une semaine me confirmait ces meme
faits. Je pense que le regime en place n'arrive pas a payer ses Bouki de mercenaires donc les envoie racketter les pauvres citoyens.
ils savent tous ce qui se passe mais ils ne feront rien pour l'arreter cela fait parti de leur strategie.