Les Frci agressent un jeune homme portant un T-shirt à l’effigie de Gbagbo

Publié le par thruthway

http://abidjandirect.net/album/1309936780.gif

Les Frci agressent un jeune homme portant un T-shirt à l’effigie de Gbagbo 

Les éléments des FRCI ont agressé, hier, un jeune homme portant un t-shirt à l’effigie de Laurent Gbagbo, dans la commune de Cocody, dans les environs de l’Eglise Saint Jean. Ce comportement des hommes en armes a provoqué un attroupement d’une cinquantaine de personnes, qui a crié sa colère. Obligeant, les FRCI à quitter précipitamment les lieux. 

Il est un peu plus de 13h ce lundi, 4 juillet. Le jeune C.Y. est comme d’habitude préoccupé, à réguler les mouvements des véhicules, devant une agence de banque, située dans les environs. Il est interpellé par deux éléments FRCI, en patrouille. « Et toi là, tu as porté un tricot de Gbagbo, tu es un milicien ? » C.Y. « Je ne suis pas milicien, mais j’aime Gbagbo. Les élections sont terminées, et on a perdu ». L’un des éléments FRCI intime alors l’ordre à C.Y. de les suivre au 8ème arrondissement. Le jeune refuse en indiquant qu’il est en train de travailler. La scène attire l’attention des passants qui s’attroupent peu à peu. C.Y. déclare qu’il n’enlèvera pas son-shirt. Il n’en fallait plus pour que les FRCI s’énervent, et décident de passer à une autre étape. Ils brutalisent le jeune en lui assénant des coups de poing. L’un des passants qui assistait à la scène intervient pour demander au jeune de lui remettre le t-shirt. Sa médiation échoue, car le jeune ôte le t-shirt, mais, les FRCI le lui arrachent de force. Ils le déchirent et tentent de le brûler à l’aider d’un briquet, mais ils n’y parviennent pas, car, le t-shirt est mouillé. La tension est vive, car la foule a grossi en nombre. Des voix s’élèvent dans la foule pour fustiger l’attitude des hommes en arme. « Qu’est-ce que le petit a fait ? Il cherche de quoi se nourrir ! », lache quelqu’un. 

Les FRCI quittent précipitamment les lieux pour éviter de s’attirer la foudre de la foule qui grossissait au fil des minutes, et qui voulait en découdre. 

César Ebrokié

Baie du Banco : Le corps d’une femme retrouvée

Les passants ont fait une découverte macabre vendredi dernier à la baie du Banco côté Attécoubé. Le corps sans vie d’une jeune femme presque nue, tailladée sur tout le corps à coups de machette flottait sur l’eau. Selon des témoignages le corps a été déposé à cet endroit par les meurtriers la nuit, loin des regards indiscrets. La thèse d’un règlement de comptes n’est pas à écarter.

Yopougon : 9 appartements pillés par des hommes armés

Cinq hommes armés de pistolets automatiques ont fait irruption dans neuf appartements lundi dernier à 19 H à Yopougon "petits toits rouges" au quartier camp militaire. Sous la menace de leurs armes, ces malfaiteurs ont dépouillé les habitants de leur argent, bijoux et téléphones cellulaires. Un sous-officier des affaires maritimes, M. Kambouté a été blessé à la nuque à coups de crosse de pistolets par les bandits qui ont opéré à moins de 100 m d’un poste de sécurité des éléments des FRCI. Ces derniers ont soutenu ne rien avoir vu ni entendu des cris de détresse des victimes. 

Un élément Frci tire sur son collègue

Un élément des FRCI a tiré sur son collègue vendredi dernier dans les environs de la localité d’Iboké à Tabou. Selon le témoins la victime a reçu des soins appropriés. Cette situation a crée la panique au sein des populations. Selon les témoignages, la rixe est intervenue au moment où les Frci partageaient l’argent du racket. L’un d’entre eux s’étant senti lésé a aussitôt dégainé.

Abobo : Les Frci occupent le collège cogito

Depuis le 23 avril 2011, les enseignants et les élèves du collège Cogito sont en vacances forcés. Cet établissement est pris en otage par les Frci qui règnent en maître absolu à Abobo. L’accès à cet établissement est interdit aux élèves, aux enseignants et à tout le personnel. L’huissier de justice commis par le fondateur pour faire le constat a été menacé par des éléments frci. 

La raison de cette occupation dont les autorités ont été saisies sans conséquence, le fondateur de cet établissement a été directeur de campagne local du président Gbagbo
Daloa 

Terreur à Dézahia

La semaine dernière, les Frci ont arrêté Yoh Aristide, président des jeunes qu’ils accusent d’être un patriote au service du président Gbagbo. Ils l’ont ligoté et exposé torse nu au soleil. Le chef du village Loué Ernest qui est allé demander pardon aux Frci a été lui aussi mis aux arrêts, ligoté et exposé torse nu au soleil aux côtés de celui qu’il était allé faire libérer. Ils ont été finalement libérés trois jours après contre le paiement de 50.000 FCfA par personne.

Deux jours après, les mêmes éléments de FRCI ont fait prisonniers dans un regard de la SODECI en bordure de la voie principale qui leur sert de cellule, les nommés Séry Gogo, Kessa Diego et Lago Séry. Les trois personnes ont passé deux jours en détention dans les conditions inhumaines avant d’être remis en liberté après paiement d’une rançon de 150.000FCFA.

Source: Notre voie

Publié dans Droit de l'homme

Commenter cet article