Les jeunes au secours des femmes violentées par l’Onuci

Publié le par thruthway

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRSmLSXvH4hAejohjV1VGHMwWlh61igivNjCzra1GYCGJFauubtf6nZm8AABIDJAN – Jeudi matin, les jeunes ivoiriens se sont rendus en direction de la base de l’onuci dans le quartier de la riviéra, participer au sit-in des femmes.

Nombreux et déterminés, ils disent être venus « protéger leurs mères » face à ce qu’ils appelent « la barbarie des casques bleus ».

La veille, les femmes, qui manifestaient pacifiquement, ont été violemment prises à partie par les soldats et bastonnées; elles ont également essuyé des tirs à balles réelles. Plusieurs d’entre elles grièvement blessées,  ont été admises à l’hôpital. 

Malgré tout, elles entendent maintenir la pression pour exprimer leur colère face aux nombreuses tueries de civils dont sont responsables les casques bleus.

La présidente des femmes, Bro Grébé avait déjà déclaré vouloir traduire Choï devant le Tribunal Pénal International, pour répondre de tous les crimes commis par l’onuci sur les populations civiles ivoiriennes.

Ces derniers jours, la tension s’est accentuée entre les soldats de l’Onuci et la population, qui les accuse de convoyer des armes en Côte d’Ivoire pour la rébellion, via le Burkina-Faso. Les heurts se multiplient entre la population et les soldats de l’Onuci, qui sont devenus indésirables dans le pays pour avoir tiré à plusieurs reprises à balles réelles sur des populations civiles.

Le président Laurent Gbagbo a demandé depuis décembre 2010, le départ de l’Onuci, pour leur activisme aux côtés de la rébellion.

Le représentant spécial du Secrétaire Général de l’Onu, Choï, a créé la confusion et replongé le pays dans une grave crise en déclarant Alassane Ouattara élu dans les médias occidentaux; alors que le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargé de donner les résultats définitifs, avait proclamé et investi Laurent Gbagbo, Président de la république.

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article