LES PAROLES FORTES DE LA SEMAINE GLANÉES SUR LE NET N°7

Publié le par thruthway

PAROLES FORTES N°7 GLANEES SUR LE NET

Semaine du 9 au 14 Octobre 2011

 

 

M. Ouattara a  une curieuse conception de la justice

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR_pYJJuMCitF_f2LqenLA2YtEFdJbOdBxTkUteoQfZ2l24KnQgtA

 

Dans sa conception très particulière de l’activité publique, M. Ouattara, l’homme fort du moment en Côte d’Ivoire, a décidé de faire juger le Président Laurent Gbagbo, à travers une répartition des compétences qui intrigue.

Pour les juridictions ivoiriennes, il réserve les crimes économiques et pour la Cour Pénale Internationale (CPI), les crimes de sang. Pour justifier la compétence de cette dernière, il a donné l’explication suivante à un journaliste du figaro: « Je ne veux pas que l’on parle de «justice des vainqueurs» et que l’on puisse dire que c’est Alassane Ouattara qui a condamné Laurent Gbagbo».

Relevons au passage la conception curieuse que M. Ouattara a de la justice, aux antipodes de la notion elle-même. La justice est fondée sur la reconnaissance et le respect du droit du justiciable. Et le juge a pour fonction de dire le droit en appliquant la règle de droit aux faits. Traduire un individu devant une juridiction ne signifie pas qu’il sera forcément condamné. La condamnation n’est qu’une éventualité. Tout comme la relaxe, l’acquittement.

Kouakou Edmond, Docteur en droit, Consultant

 

Que l’Ivoirien cesse de se culpabiliser


http://www.lafrique.com/afrique/articles/liens-sites-africains/7/cote-d-ivoire-drapeau.jpg

 

La position qui consiste à dire que les deux camps, celui du Président Ivoirien Gbagbo et du premier ministre Ouattara, sont tous deux coupables, ne tient pas la route. On ne peut pas mettre sur le même plan de responsabilité, un Président élu - Laurent Gbagbo- dont l'armée nationale protège et défend le peuple légitime de son pays et un renégat étranger, j'ai nommé Ouattara qui déverse des hordes de barbares et de mécréants sans foi ni lois, non ivoiriens qui attaquent un pays souverain.


Il faut que l’Ivoirien cesse de se culpabiliser car rien ne justifie de prendre des armes et tuer son prochain simplement parce qu’on n’est pas content de sa propre médiocrité

 

 un internaute 

 

 

« Que nul n’entre ici s’il n’est D…. ».

ke-nul-entre-icic.PNG

 

« Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ». La tradition veut que cette phrase ait été gravée à l’entrée de l’Académie, l’école fondée à Athènes par Platon

« Que nul n’entre ici s’il n’est D…. ». Cette citation paraphrasée de Platon1 pourrait être bientôt plaquée au fronton de notre République tellement elle traduit parfaitement la situation bien cocasse que vivent les ivoiriens en ce moment.

Charles Tiekpo

 

 

 La haine avait un bouc émissaire, elle a désormais un visage!

 

bouc-emissaire.PNG


Le temps du bouc émissaire et de la diabolisation de Laurent GBAGBO est bel et bien terminé. Personne ne peut tolérer qu’un tel amalgame se fasse encore. Car Ouattara s’est enfin révélé à la face du monde comme un individu haineux, bourré de malice, ne croyant qu’au pouvoir des armes, de la violence et de la manipulation ; un personnage qui a menti au monde entier en semant la haine pour ensuite en attribuer la responsabilité à Laurent GBAGBO.

…L’histoire est têtue. La nature humaine aussi. On peut mentir au monde entier pendant des années sur sa vraie nature. Mais on ne peut pas cacher tout le temps cette nature surtout quand elle est caractérisée par la barbarie, la haine, l’orgueil démesuré, un instinct de tueur.

C’est pourquoi la haine qui s’appelait Dramane Ouattara sans que beaucoup ne le sache, vient maintenant de faire connaître son visage, celui de Dramane Ouattara. Alors ensemble, nous savons à qui nous avons affaire et ce que nous avons à faire.

Hassane Magued

 

Faire taire les opinions contraires

tais-toi.PNG


Pour la Direction du FPI, cette attaque d’une réunion publique pour laquelle toutes les formalités administratives, légales et réglementaires avaient été remplies est une tentative des «ennemis de la démocratie » de faire taire les opinions contraires à celles du pouvoir en place. Cet acte barbare et d’un autre âge tend à ramener la Côte d’Ivoire à la triste époque du parti unique. Il n’est que la mise à exécution de la menace de “mater tout meeting arrogant² proférée par M. Amadou Soumahoro, Secrétaire Général du RDR et Ministre-Conseiller de M. Alassane OUATTARA

Le Secrétaire Général  et Porte-parole du FPI, Laurent AKOUN

 

 

La Jeunesse du FPI se bat pour l’instauration d’un Etat de droit

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRsEXuUBlZ1L5NzPv1wKJwG7DJrA7RRk0W7eA6yuCE1a7pMK1mR8A


Nos parents vivent le calvaire, des forces se réclamant d’Alassane Ouattara, créent la désolation, la douleur, le désespoir et des assassinats dans nos campements, nos villages, nos communes et départements. Des démocrates sont illégalement détenus dans des prisons. Certains des nôtres sont contraints à l’exil parce qu’ils ont mis leur expertise au service de leur pays. C’est ce que nous dénonçons et c’est pour l’instauration d’un Etat de droit que la Jeunesse du Fpi se bat. Alassane Ouattara n’est pas le centre de notre combat, mais plutôt la dignité, la liberté des Ivoiriens. En un mot, nous nous battrons pour la paix entre les filles et fils du pays.

Koua Justin (Président par intérim de la JFpi) :

 

Le plan diabolique n’a pas été exécuté.

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS2CfaqWXZHn1jfEglwmJnIG54aleIsovNcSACX6zX9M-gkT0kp


Son retour en Eburnie ne lui sera pas profitable. Bien au contraire. Un de ses proches fait des révélations. Pour le collaborateur de Wattao, K.E. (pour une question de sécurité), les déboires de son chef ont commencé le jour de l’arrestation du président Laurent Gbagbo. Pour notre informateur, des soldats français avaient demandé à « Saha bêlébê » et à ses hommes d’abattre le numéro un Ivoirien (Laurent Gbagbo), le 11 Avril dernier. Malheureusement, pour les conspirateurs, ce plan diabolique n’a pas été exécuté.

 

Ceux qui disent être frustrés peuvent-ils ressusciter ceux qu’ils ont tués

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSRLTRdCeC4zIxiGfwDIiJ1dCF37sOeojqxu445RI775gIELeUe

«Ceux qui disent être frustrés et qui ont pris les armes, peuvent-ils ressusciter ceux qu’ils ont tués ? Il y a des gens qui ont cassé des banques pour bâtir leur fortune. Il y a des gens qui ont égorgé des gendarmes. Qui a envoyé la guerre ? (...) Notre existence ne dépend pas de leur vouloir».

 

Non, nous autres ne croyons pas en la réconciliation pour la simple et unique raison que ceux qui la chantent ne croient pas eux-mêmes en elle.

 

GUY CONSTANT NEZA

 

 

Les Ivoiriens souffrent, souffrent, souffrent…

 http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSVHAJOYoxKYL43LhN5aAvmxYuA1SjdPml8hkOB1tTY4-zeAgdkow


«La solution est plus grave que le problème !» Avec leur légendaire sens de la formule, les Ivoiriens ordinaires ont résumé leur perception de la situation qui règne dans leur pays, six mois après le kidnapping du président Gbagbo. Loin du triomphalisme indécent des vainqueurs du moment, qui célèbrent leurs cent ( ?) jours d’exercice du pouvoir, la situation économique et sociale du pays est mauvaise, et un certain nombre de facteurs incitent au pessimisme. Revue de chiffres et de faits qui doivent instruire les Ivoiriens, loin de la propagande de mauvais goût. Des centaines de milliers d’Ivoiriens toujours Des centaines de milliers d’Ivoiriens toujours déplacés ou réfugiés Une forte insécurité alimentaire dans l’Ouest Les décideurs qui ont dépensé, il y a quelque Les prix sur les marchés ont explosé  En dehors de l’activisme limité des bailleurs de fonds, l’économie n’a pas redémarré.

 

Par Phillippe Brou

 

Nous ne demandons pas d’être aimés

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTvlULAYuk7BEzIQCZYR6AM6X_YZ6pjh0S0T6xu3E_S_fXIQyuv


Nous ne demandons pas d’être aimés, mais de nous laisser libres dans l’espace qui nous a été attribué. Or depuis 1945, fin d’une guerre ou la France défendant son territoire, son passé et son avenir, son prestige auquel elle tient, Paris et ses chiens de garde de toujours, nous terrorisent au nom d’accords dit-on secrets. Pourrait-on les publier ? Et que justice soit rendue. Baisse les armes, Paris, le temps nouveau est venu, le temps de la fin des traites et des conquêtes, le temps pour les hommes de se donner la main.

 

On va se frapper ici

on-va-se-frapper.PNG


« Si Hamed Bakayoko veut mettre le feu à Mankono, on va mettre le feu. Il va avoir deux maires ici à Mankono., je vais m'asseoir à mon bureau. On va se frapper ici et peut-être c'est le président de la République lui-même qui va régler ce problème. Les populations sont debout et elles refusent cette forfaiture. S'il l'a fait ailleurs, il ne le réussira pas à Mankono. Avec moi, c'est le dernier maire que Hamed Bakayoko démet de cette façon»,

 

Enise Kanaté,

 

 

DEVINETTE :DE QUEL PAYS PARLE OUATTARA ?

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS4htvYkfNU1JMzxdB0-D8A4w8MB2cxEJDnbjH7Jj95VLXNt3mteQ


«L'autorité de l'État est restaurée sur la quasi-totalité du territoire national. L’environnement économique et des affaires s’est normalisé avec le fonctionnement des banques et établissements financiers et la reprise des activités dans les autres secteurs. Le retour sur la scène internationale est amorcé ».

 

 

TIBURCE KOFFI ET FATOUMATA DIOP  S’EMPOIGNENT

 tirbuce-fatou.PNG


Tiburce koffi

«Comment faites-vous pour vous réclamer d'un mouvement insurrectionnel dans un Etat pacifié ? On ne doit plus parler de Forces nouvelles dans ce pays ! Mais enfin, qu'est-ce que c'est que ce pays ?»,

 

Mme Fatoumata Traoré Diop,

 

 «S 'il n'y avait pas eu les Frci, tu n'allais pas être ici dans cette salle pour faire ce débat. Les Frci et les Forces nouvelles ont leur place partout où les Ivoiriens ont leur place. Les Forces nouvelles n'ont pas honte d'être Forces nouvelles».

 

 

Ouf !!!!

 

Des personnes qui observent les règles de l’honneur de très loin


 http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQKijgtJvxkENC6otXEdr1Ugvv0yuVpPfnX9ZUt0dugoQ3neiNz

 


Victor Hugo disait : « Il existe des personnes qui observent les règles de l’honneur de très loin comme on observe les étoiles dans le ciel.»

« Ce n’est pas la France qui nous a envoyé la guerre. C’est la haine que nous nourrissons entre nous qui a envoyé la catastrophe (…). Il ne faut plus avoir peur de nos relations avec la France. Si on respecte la Constitution, la démocratie et si les richesses du pays sont bien réparties, il n’y aura plus aucun problème avec la France. Il ne s’agit pas d’insulter la France, Sarkozy et Chirac. »

le 17 septembre 2011 lors de l’investiture de 40 cellules de Lider, à Marcory. Incroyable mais vrai.

Même endroit, même décor. Le 21 août 2005, à Marcory, au cours d’un meeting, Mamadou Koulibaly déclarait : «La Côte d’Ivoire est en guerre parce que la France veut se tailler toutes ces richesses. »

«C’est Chirac qui, pour défendre les intérêts du pré carré, a appuyé et mené cette campagne avec l’aide de ses hommes de main que sont : Ouattara, Blaise Compaoré, et plus bas Soro Guillaume et tous ces rebelles pour déstabiliser la Côte d’Ivoire. Contre tous ceux-là, je me bats et je me battrai toujours.

Si la France a été obligé de tuer des dizaines et des dizaines d’Ivoiriens, simplement pour arriver à imposer, avec son armée, Ouattara, c’est que Ouattara n’est rien sans la France. » (Le Courrier du 29/04/ 05)

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article