Les patriotes Maliens obligent Ouattara et sa délégation à faire demi-tour.

Publié le par thruthway

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2012-03-28T141523Z_1882733174_GM1E83S1P9701_RTRMADP_3_MALI_0.JPG

 

 

Des milliers de maliens qui supportent très mal l’ingérence dans la communauté internationale dans la politique interne du Mali, ont décidé d’empêcher la délégation de chefs d’Etat de la Cedeao d’atterrir en occupant le tamac de l’aéroport de Bamako. D’urgence de l'organisation ouest-africaine a été convoqué dans la foulée à Abidjan.

 

Alors qu’il était dans l’espace aérien du Mali, Alassane Ouattara a fait demi-tour pou revenir à Abidjan. Il devait présider à Bamako une délégation de chefs d’État de la Cedeao venus discuter avec la junte qui a renversé, le 22 mars, le président malien Amadou Toumani Touré (ATT).

 

La décision de ne pas atterrir au Mali a été prise après une brève manifestation à l'aéroport par des milliers de maliens, partisans des putschistes qui ont envahi le tarmac. Une mobilisation qui faisait suite à celle de la veille, dans les rues de Bamako, où plusieurs milliers de manifestants pro-junte ont marché pour protester contre la Cedeao, la France, et la communauté internationale en général qui a unanimement condamné le coup de force des militaires maliens.

 

Restaurer l'ordre constitutionnel

 

Les autres chefs d’État de la délégation ouest-africaine ont eux aussi détourné leur vol pour se rendre à Abidjan, où une réunion d’urgence a été convoquée. Parmi eux, le médiateur de la Cedeao dans la crise malienne, Blaise Compaoré (Burkina Faso) et le président en exercice de l'Union africaine (UA), le Béninois Boni Yayi.

 

La Cedeao entend trouver une solution permettant de restaurer l’ordre constitutionnel au Mali. Selon le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, ladite solution pourrait passer par « une transition » dirigée par le président de l'Assemblée nationale, Dioncounda Traoré. Mais les putschistes ne semblent pas vouloir négocier pour le moment. Ils ont proclamé mardi une nouvelle Constitution institutionnalisant la junte comme « organe suprême » jusqu'à des élections présidentielle et législatives dont la date n'a pas été fixée. Et le chef de la junte, Amadou Haya Sanogo, a pris le statut de chef de l'État.

 

ATT semble quant à lui complètement hors-jeu dans la crise, du moins à juger par son intervention du mercredi 28 mars.

 

(Avec AFP)

Publié dans International

Commenter cet article