LIBERTE DE LA PRESSE DANS LE MONDE, VOICI LE RANG DE LA CÔTE D’IVOIRE DANS LE NOUVEAU CLASSEMENT !

Publié le par thruthway

http://news.abidjan.net/photos/photos/Journal%20(1)%20(Large).jpg

 

 

 

C’est fait ! Vous avez dit liberté de la presse. RSF (Reporters sans frontières), a rendu, mercredi dernier son verdict sur l’état de progression «entre les bons et mauvais élèves» de la protection de la liberté de la presse pour la période 2011-2012 dans le monde.

 

Notre pays, comme on l’imagine, occupe un rang des plus honorables. Elle vient d’être classée 159ème. Dans le précédent classement, il occupait la 118ème place. C’est donc dire que beaucoup d’efforts ont été faits pour l’instauration de la démocratie, comme l’a si bien dit Nicolas Sarkozy à la réception de son préfet, pardon, de son ami Alassane Dramane Ouattara.

 

 Une démocratie, version Dramane, pour tuer la liberté de la presse dans notre pays. Y a rien à dire, c’est un bel exploit ! Et dire que ce pays envisage d’être la locomotive de la sous-région ouest africaine, dixit « l’étudiant Burkinabé », devenu « président ivoirien » par la volonté du « Maitre », « plus intelligent que tous les ivoiriens réunis », Nicolas sarkozy !

 

Dans ce même classement, un pays comme le Cap-Vert fait énormément plaisir. Il occupe la 9ème place. C’est que ce petit pays est véritablement un pays démocratique. Combien d’Africains savent-ils qu’en 2011, des élections législatives se sont organisées dans ce pays ? La Namibie occupe la 20è place, le Mali (25è), le

Niger (29è).

 

Inutile de dire que ce rang occupé par la Côte d’Ivoire ne l’honore guère et qu’en une année, la presse ivoirienne a connu les pires moments de son existence. Emprisonnement et meurtre des journalistes, sans compter l’occupation des maisons de presses de l’opposition.

 

Il n’y a pas longtemps, sous Ouattara, trois journalistes de «Notre Voie» avaient été arrêtés et emprisonnés à la Maca, en violation flagrante de la loi sur la presse. Jugés, ils ont été libérés, mais le mal était déjà fait. La liberté de la presse ne se porte toujours pas bien dans notre pays. Et ce rang malheureux que notre pays partage avec Djibouti est là pour nous le rappeler, tristement. C’est une catastrophe.

 

 

Quelle honte !

 

Publié dans Droit de l'homme

Commenter cet article