NICOLAS SARKOZY SORTI,QUE LA COTE D'IVOIRE GARDE FOI EN L'AVENIR

Publié le par thruthway

amichia-koffi.PNG

     Amichia Koffi

 

 

Cote d'Ivoire, souviens-toi de ce jour de première comparution de ton Président légitime M. Laurent Gbagbo par rapport aux multiples charges sans fondements projetés contre lui, afférentes à la sanglante crise postélectorale politico-militaire que tu as connus, de viles accusations minutieusement  préparées par la Communauté Internationale pour anticiper  la guerre qu’elle a elle-même orchestrée  pour des intérêts sordides.

 

Rappelle-toi  de toute cette machination mise en place pour entacher la victoire électorale de celui que tes filles  et fils ont fièrement et  démocratiquement élu dans les urnes et de cette volonté manifeste de l’Occident  du nouvel âge du capitalisme anti-humain, de programmer et d'opérer des génocides  tout en méprisant la souveraineté des peuples d'Afrique qu'il humilie en extradant leur leader anticonformiste comme ton illustre fils Laurent Gbagbo vers une juridiction internationale(la CPI) pour leur faire rendre gorge leur volonté indépendantiste.

.

Mais souviens-toi aussi et surtout de la tournure qu’ont pris les évènements   du 10 Novembre 2011 lors duquel ton fils bien-aimé, le Président Laurent Gbagbo, au lieu d’être ébranlé en  début d’instance devant des inculpations machinées, a contre toute attente relevé le défi, celui d’opposer dans son entièreté, la réalité des faits qui se sont déroulés sur le terrain et du grand complot international dont il est victime lui et son peuple . Ce jour-là, il commença par dénoncer les conditions avilissantes de sa détention dans son pays par ses bourreaux arrivés illégalement au pouvoir, avant de révéler  la nette ingérence de la France de Sarkozy dans la crise ivoirienne, pire l’engagement de son action militaire contre les populations civiles et contre les institutions de la République . La brève argumentation du Président ce jour-là  était d’une telle cohérence et d'une telle densité qu’elle donnait déjà une approche identitaire des auteurs réels de cette guerre, ce qui lui a conféré un certain avantage sur l’affaire par rapport à ses adversaires, qui, en réalité, se servent de l’organe de la CPI comme un moyen essentiel pour parvenir à leurs fins pernicieuses.

 

Mais depuis le 06 Mai 2012, tout va changer et tout doit changer.

 

Depuis ce jour ,avec la balance des bulletins de vote qui a favorablement penché du côté du candidat socialiste à travers un suffrage électoral exprimé à hauteur de 51,90% au détriment de celui de La Droite, à la côte marquant  48,10%,le septième Président de la France de la 5è République s’élève, François Hollande  honoré et Nicolas Sarkozy  déchu, le peuple Français a fait son choix et semble heureux.

 

Quand à toi Cote d'Ivoire, l’intérêt que tu as porté  aux résultats de ce scrutin en France  est légitime car ils sont déterminants pour le devenir de la situation de  la crise  que tu vis depuis sous Sarkozy  et que ce dernier laisse  en héritage à son successeur.

 

Sarkozy part du pouvoir. Sans doute  pense-t-il laisser derrière lui en hécatombes notre pays, mais disons-le tout net,  il serait illusoire pour lui de penser à s’évanouir dans la nature aussi facilement surtout que sa déchéance de l’Elysée vient de le dépourvoir automatiquement de toute invulnérabilité aux poursuites judiciaires pour tous les crimes et agissements secrets dont il s’est rendu coupable.

 

 De surcroit, il a dit ces mots lui-même : <<Je ne suis pas de ceux qui n’assument pas leurs responsabilités>>, <<Je porte toute la responsabilité de cette défaite>>, << Je m’apprête à redevenir un Français comme les autres>> (Quelques propos recueillis de son discours  à ses électeurs après sa défaite).

 

Nous verrons s’il sera toujours aussi responsable quand il s’agira pour lui de se défendre devant  les innombrables charges qui pèsent sur lui entre autres ses financements (occultes, illégaux…), ses implications profondes dans les affaires internes  et opérations homicides causant la mort de personnes à l’effectif incalculable dans les pays Africains en l’occurrence le Rwanda(alors qu’il était encore au poste de Ministre de l’Economie et des Finances dans le gouvernement Lionel Jospin),la Lybie et la Côte d’Ivoire(pendant sa période de gouvernance à la tête de la France).Garde  donc tes yeux grandement ouverts sur toutes ces affaires dans l’attente empressée et déterminée que justice soit faite.

 

Sache ,Cote d'Ivoire, que DIEU te dit dans sa Parole qu’à lui appartiennent la vengeance et la rétribution des méchants, et comme nous savons que ses voies sont insondables, quoi de plus sage que de le laisser lui-même dans toute sa Seigneurie mener à bien ton combat pour que Sa Justice qui est la tienne  triomphe bientôt.

 

Le 18 Juin 2012, date d’ouverture officielle de son procès , ton illustre fils, le Président Laurent Gbagbo, sois en convaincu, dénoncera  avec de nombreux indices de démonstration en renforcement des malversations internationales et prouvera  que la mort de milliers et de milliers d’innocents tués est le fait de la force Licorne de M. Nicolas Sarkozy et des mercenaires recrutés ,entrainés et payés et mis à la disposition de son ami Ouattara pour parvenir au pouvoir d'Etat. C’est une date que tu suivra de très près parce qu’elle te permettra, à toi et à ton peuple, de poser un pas de géant vers l’avant, vers le dénouement de toute cette spirale de crise dans laquelle tu es plongée  depuis  2002..

 

Au regard de la première comparution du Président Gbagbo après son transfèrement à la CPI l’année dernière, en passant par la décrépitude de Nicolas Sarkozy suite au résultat final du scrutin en France ce 06 Mai, jusqu’au jour  du 18 Juin prochain, tu peux dire assurément que tu es dans le temps de grâces, voire le temps du bon déroulement des choses et garde donc une foi inébranlable quelque soient les événements  extérieures, une foi inaltérable quelque soit le temps ,en un avenir optimiste, à un retour  et  à une normalisation définitive de la situation  de la  Nation retrouvée

 

Amichia KOFFI

Publié dans contribution

Commenter cet article