« Nous allons lancer des mots d'ordre pour que le pays retrouve sa liberté, tenez-vous prêts ! » Koua Justin

Publié le par thruthway

http://ivoire.telediaspora.net/portail/portail/photo/image/Koua_justin_rencontre_JFPI.jpg

 

 

 

Les villes de Fresco et de Sassandra ont connu une ambiance particulière le week-end dernier. Et pour cause, le président national de la jeunesse du Fpi, le bouillant Koua Justin y est allé pour remobiliser les militants du Fpi. Il n'a pas eu sa langue dans la poche. Mieux, il a été cru envers le régime en place. Aux militants de ces deux localités qui ont subi toutes sortes de violences le 11 avril 2011, Koua Justin a témoigné sa compassion. Mais il a tenu à leur dire que ces épreuves ne doivent pas altérer leur militantisme et leur ardeur à la lutte pour la démocratie. "Sachez que le Fpi est né dans l'adversité et est fort dans l'adversité. Les violences et la répression de ceux qui sont au pouvoir continuent toujours. Donc préparez vous à supporter et à résister à cela", a lancé Koua. Vu le parcours parsemé d'embuches et de souffrances qu'a connu et que connaît le président Gbagbo, le président de la Jfpi a dit qu'il n'y a rien qui puisse faire reculer et effrayer les militants du Fpi. Ces derniers, soutient-il, ne doivent pas se faire de complexe car Laurent Gbagbo a gagné, selon le Conseil constitutionnel, l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire.

 

Malgré les exactions et les crimes commis par les hommes de Ouattara, Koua assure que le Fpi restera toujours debout. "Lorsqu’on est militant, on peut faire la prison, on peut trouver la mort. Le Fpi est un parti de combat…", a expliqué le président de la jeunesse du parti de Gbagbo. Depuis le 11 avril 2011, rien n'a changé positivement. Au contraire, les choses ont empiré. Les Ivoiriens sont victimes d'agression, de vols, de viols et de tueries de la part des Dozos et éléments des Frci de Ouattara. Mais faut-il rester silencieux face à ces meurtres qui restent impunis? Non répond Koua Justin. Car le silence, dit-il, est signe de trahison dans ce contexte. "Laurent Gbagbo a fait don de sa vie en résistant face aux chars français. Comme Jésus pour racheter les péchés de ce monde. Lorsque Gbagbo dit qu'on ira jusqu'au bout, toi le militant où t'arrêtes-tu ? Tant que nous aurons peur, les Dozos, les éléments des Frci nous intimideront dans la peur. Il est temps qu'on leur dise de dégager. Il faut que tout le peuple s'y engage. Fresco et Sassandra doivent se préparer à libérer démocratiquement le pays», a-t-il harangué la nombreuse foule qui s'est déplacée dans les deux villes.

 

«Pendant que la vie est chère et que nos parents sont licenciés tous les jours, que faisons nous ?», s'est interrogé Koua Justin. «Je crois fermement au départ du régime de Ouattara et j'y travaille tous les jours. Criez votre ras-le-bol. Soyez dignes dans l'adversité et respectez les mots d'ordre à venir du parti", a conseillé Koua. Depuis les législatives dernières, que l'Onuci, la France et les États-Unis ont reconnu que le Fpi est véritablement le parti majoritaire en Côte d'Ivoire, révèle Koua. L’issue du combat à venir est entre les mains du peuple ivoirien, est-il convaincu. C'est pourquoi il demande aux Ivoiriens de dénoncer dans les semaines et mois à venir les Frci et aux Dozos. "Soyez déterminés et solidaires.

 

Après les tournées que nous avons commencées dans les villes du pays, nous allons lancer des mots d'ordre pour que le pays retrouve sa liberté. Je prépare le chemin du retour de Pickass, de Blé Goudé et de Navigué pour qu'à leur tour ils préparent le retour triomphal de Laurent Gbagbo", a prophétisé Koua Justin. Les sections de la Jfpi de Fresco et de Sassandra ont été installées à cette occasion.


K.

 

Source: Le Temps

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article