On ne sort pas de la gadoue

Publié le par thruthway

http://www.infodabidjan.net/wp-content/uploads/2012/03/Ahoussou-Jeannot.jpg

 

 

Jeannot Ahoussou Kouadio est depuis ce jour le nouveau chef de gouvernement que Dramane Ouattara, dans sa petite combine avec son ennemi d’hier et ami d’aujourd’hui Henri Konan Bédié, s’est choisi pour remplacer l’encombrant Chef rebelle Guillaume Soro. Il croit certainement avoir fait d’énorme progrès en civilisant quelque peu son entourage. De part et d’autre, on a pété le champagne pour célébrer le progrès. Mais pourquoi le citoyen lambda a-t-il l’impression, devant le choix de ce monsieur, que la paire Ouattara-Bédié manque vraiment de solution. Même Jeannot Ahoussou, connu dans ce pays comme l’un des avocats de Bédié, après ses arguties et balbutiements juridiques dont le dernier en date est son piètre justificatif de l’incarcération de Michel Gbagbo, dans son rêve le plus optimiste ne se voyait pas à ce poste. Un avocat peut être premier ministre, oui. Mais tous les avocats n’ont pas forcement le profil de l’emploi. Et surtout ceux pour qui le titre est apparemment trop pompeux.

 

Nous n’avons absolument rien contre la personne de Jeannot Ahoussou Kouadio. C’est un citoyen ordinaire qui a fait la preuve, ces derniers temps de ne pas être fait pour diriger les autres à un tel niveau de responsabilité. Il a échoué au ministère de la justice parce qu’il a manqué de prendre de la hauteur et il a dévoyé le rôle social de cette auguste Institution en la soumettant au bon vouloir d’un exécutif haineux. Mais que voulez-vous ? Guillaume Soro a été premier ministre de ce pays cinq année durant, pourquoi pas Ahoussou Jeannot.

 

C’est le peuple de Côte d’Ivoire qu’il faut plaindre. Ses problèmes sont les derniers des soucis de ceux qu’il a pensés mettre au pouvoir. Il peut toujours attendre l’heure de son immolation sur l’autel des ‟dealers". Sinon, ce n’est pas à Dramane Ouattara et à Konan Bédié que nous allons apprendre qu’un pays qui crée plus de misères que de richesses est un pays en crise économique. Quand on veut vraiment redresser un tel Etat, on pense à faire nettement mieux que piocher son premier ministre dans la classe des derniers.



Joseph Marat 

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article