Ouattara a une façon bien particulière d’aimer le peuple de Côte d’Ivoire

Publié le par thruthway

http://ci.telediaspora.net/portail/portail/photo/image/Diapositive1(8).jpgLes élections présidentielles ivoiriennes ont connu des lendemains moins optimistes que ceux souhaités par le peuple de Côte d’Ivoire. Les contestations postélectorales sont allées bien au-delà de la rhétorique politicienne et des joutes procédurières. Le peuple de Côte d’Ivoire a souffert et continue de souffrir dans sa chair d’actes ignominieux posés par des individus qui n’ont pas encore compris le sens de ce qui est vraiment en jeu dans le processus démocratique. Dans plusieurs localités du pays, des familles ont été endeuillées, des dégâts ont été causés, et de nombreuses populations se sont retrouvées à la rue ou sur le chemin de l’exode. Dans un élan de solidarité, aussi bien les autorités ivoiriennes que les citoyens ordinaires du pays sont accourus, qui avec des dons, qui avec des mots de réconforts, soulager leurs frères et sœurs affectés, sans distinction de parti politique ni d’origine ethnique ou nationale. Et de tout ce temps-là, Dramane Ouattara est demeuré dans sa posture élitiste d’hôte de marque de l’hôtel du golf, dinant au vin et au lapin, se contentant de compter les morts, de pointer le doigt accusateur, d’œuvrer à la suspension des salaires des fonctionnaires ivoiriens, de menacer de « lourdes peines » tous ceux qui vont chercher pitance pour leurs familles, et pire encore d’implorer ses « contacts » extérieurs qu’une armée internationale soit levée, qui vienne en rajouter à la tristesse d’un peuple déjà meurtri. Alassane Dramane Ouattara a bien une façon particulière d’aimer le peuple de Côte d’Ivoire. On comprend bien que ce peuple qu’il veut diriger à tout prix, mais dont il se distance chaque jour un peu plus, lui rende bien cet amour singulier en n'obeissant pas à ses appels qui sont sans effets parce que le peuple ne se reconnait pas en lui et  en ses agissements
 

Commenter cet article